Vous êtes ici : Accueil > Économie > Pêche et aquaculture

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Les contrastes sont augmentés par une inversion des couleurs.Supprimer l'ensemble de la personnalisation Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Pêche et aquaculture

Dernière mise à jour : décembre 2019
© Lugmayer-stock.adobe.com, A. Lamoureux, Région Pays de la Loire / Ouest Médias

Présentation

Avec un linéaire côtier de 450 km et 60 km d'estuaire de la Loire, la région compte près de 360 navires de pêche professionnelle maritime et emploie près de 1 200 marins pêcheurs. Deuxième région française de pêche professionnelle maritime pour la valeur des ventes réalisées en criée (102 millions d’euros en 2018, derrière la Bretagne), elle compte 6 ports de pêche équipés d'une criée. La quantité vendue dans ces dernières s'élève à 21 202 tonnes en 2018 (source : FranceAgriMer).

L'aquaculture comprend l'élevage de coquillages comme les huîtres ou les moules, et l'élevage de poissons en eau de mer comme en eau douce.  Sa surface s'étend sur 1 146 ha. Les Pays de la Loire sont le premier site d’élevage français de coques, activité développée dans les années 1980 dans le Traict du Croisic en Loire-Atlantique, zone humide où la mer pénètre profondément dans les terres sur 700 hectares. Une grande partie de la production de la quinzaine d’entreprises présentes est exportée en Espagne (source : DIRM-NAMO).

La pêche professionnelle maritime est confrontée à plusieurs difficultés :

• les coûts élevés des navires (achat et entretien) ;

• les restrictions pesant sur l'activité de pêche professionnelle (totaux admissibles de captures, taille minimale de commercialisation...) afin de garantir l'approvisionnement des stocks et la protection de la ressource ;

• les difficultés de recrutements et de fidélisation de la main-d'œuvre...

Par ailleurs, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit) inquiète le secteur de la pêche maritime. Toute la filière pourrait être impactée (producteurs, mareyeurs…) et l’ensemble de la façade atlantique pourrait être concerné. Les enjeux portent sur l’accès par les pêcheurs français aux eaux britanniques, la gestion des quotas de pêche mais aussi sur leur éventuel report vers d’autres zones de pêche dans les eaux françaises et notamment dans le golfe de Gascogne. Ils portent également sur les conséquences en matière de cohabitation entre métiers et de risques potentiels de troubles à l’ordre public en mer, de concurrence des différences de réglementation ou sur l’effet de toute dévaluation de la livre sterling sur la compétitivité des entreprises (source : DIRM-NAMO).

Chiffres-clés

359 navires de pêche maritime France : 4 417 navires
Pays de la Loire en 2018 (DIRM-NAMO) - France en 2017 (FranceAgriMer)  
1 187 marins-pêcheurs France : 9 575 marins-pêcheurs
Pays de la Loire en 2018 (DIRM-NAMO) - France en 2016 (FranceAgriMer)  
21 202 tonnes et 102 millions € de produits de la mer commercialisés (1)
France : 189 200 tonnes
en 2018 (FranceAgriMer)
Ventes : 637 millions €
39 millions € : exportations de produits de la pêche et de l'aquaculture
France : 1 669 millions €
Pays de la Loire en 2018 (DIRM-NAMO) - France en 2018 (FranceAgriMer) 2 % du total France
sauf mention contraire, les données régionales sont comparées aux données France métropolitaine
(1) ventes déclarées par les bateaux français en halles à marée (37 halles) en 2018.

En savoir plus

Liens externes