Vous êtes ici : Accueil > Économie > Commerce extérieur > Principaux pays clients et fournisseurs

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (moyenne).Diminuer la taille de la police (très petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.Supprimer l'ensemble de la personnalisation Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Principaux pays clients et fournisseurs

Dernière mise à jour : novembre 2019

Le continent européen, principal partenaire commercial de la région

En 2018, 66 % des exportations ligériennes sont parties vers l'Europe et plus particulièrement l'Union européenne (61,1 %). L'Allemagne est notre principal partenaire à l'export avec de nombreux flux liés à l'aéronautique. Parmi les 10 premiers clients de la région, la moitié sont des pays de la zone euro.

Les flux vers l'Union européenne sont largement constitués de véhicules notamment d'équipements pour automobile. C'est le cas vers l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni et la Belgique. Du fait de la présence de la Raffinerie Total, les exportations de produits raffinés sont fréquentes vers l'Espagne, les Pays-Bas, la Belgique ou encore le Royaume-Uni. Enfin, les matériels agricoles ou de levage et de manutention font également partie des produits largement exportés outre-Rhin comme au Royaume-Uni, en Italie et en Belgique. Les italiens importent également de la viande de boucherie en particulier de la viande bovine dont ils sont un grand pays importateur.

En 2018, les Etats-Unis ont absorbé près de 16 % des exportations ligériennes. 2018 restera comme une année exceptionnelle pour le commerce vers les Etats-Unis avec la livraison de 2 paquebots à l'armateur américain Royal Caribbean Cruises et l'ouverture de la nouvelle ligne maritime d'Airbus entre les Pays de la Loire et la ville de Mobile en Alabama. Les Etats-Unis ont également acheté des bateaux de plaisance et des matériels de levage et de manutention.

Les flux à l'export sont peu dirigés vers le continent asiatique : 7,2 % des montants exportés en 2018. La Chine qui fait partie des 10 premiers clients de la région importe des métaux non ferreux, du gaz et des produits laitiers.

 

Du côté des importations de la région, les produits de consommation fabriqués dans les pays à bas coûts sont bien représentés d'autant plus que la région abrite de grands noms de la mode, de l'ameublement qui ont délocalisé tout ou partie de leurs productions. La Chine fournit ainsi des meubles, des chaussures, des vêtements, de la maroquinerie, des ordinateurs et des équipements périphériques.

L'Allemagne est une fois encore notre principal partenaire grâce à l'aéronautique. L'automobile reste également fortement présente dans les importations venant de plusieurs pays européens à l'instar des exportations : Allemagne, Italie, Belgique, Espagne. La Russie nous fournit du pétrole, du gaz naturel et des produits raffinés (95 % de l'ensemble des importations en valeur). Les Pays-Bas et surtout l'Allemagne apportent des produits à base de tabac.

Les principaux produits importés des Etats-Unis sont issus de l'aéronautique (36 % du total), des instruments et fournitures à usage médical et dentaire et de la houille. 

 

Principaux pays destinataires des exportations en Pays de la Loire, en 2018 (en millions d'euros)
Pays Montant %
1-  Allemagne 3 530 16,0 %
2-  États-Unis 3 451 15,7 %
3-  Espagne1 826 8,3 %
4-  Royaume-Uni 1 748 7,9 %
5-  Belgique 1 503 6,8 %
6-  Italie 1 349 6,1 %
7-  Pays-Bas 945 4,3 %
8-  Pologne 438 2,0 %
9-  Chine 407 1,8 %
10- Maroc 340 1,5 %
Total des exportations 22 024 100,0 %
  Source : Douanes
Principaux pays d'origine des importations en Pays de la Loire, en 2018 (en millions d'euros)
Pays Montant %
1- Allemagne 3 281 12,2 %
2- Italie
2 0727,7 %
3- Chine 2 020 7,5 %
4- Espagne 1 714 6,4 %
5- Russie 1 693 6,3 %
6- Pays-Bas
1 584 5,9 %
7- Belgique 1 204 4,5 %
8- États-Unis
991 3,7 %
9- Royaume-Uni
945 3,5 %
10- Suède
919 3,4 %
Total des importations 26 952100,0 %
      Source : Douanes

Les échanges commerciaux régionaux : des données à interpréter avec précaution

Les données sur les importations et les exportations publiées par la Direction générale des douanes et droits indirects à l’échelle de la région doivent être interprétées avec précaution, pour plusieurs raisons :

  • Elles portent indifféremment sur des biens d’équipements ou de consommation (consommation finale) et des biens intermédiaires destinés, à être réintroduits dans un processus de production.

Conséquence de la fragmentation des processus de production à l’échelle internationale, les échanges de biens intermédiaires représentent désormais environ la moitié de l’ensemble des échanges commerciaux de la France. Le contenu en importations des exportations augmente au fur et à mesure de l’internationalisation de l’économie et notamment de la croissance des échanges intragroupes.

En Pays de la Loire, une très large part des échanges du secteur aéronautique s'inscrivent dans le cadre d'un processus de fabrication coordonné à l'échelle européenne voire mondiale entre les unités de production du groupe Airbus et leurs fournisseurs et sous-traitants. Les tronçons d’avions produits dans les usines Airbus de Nantes et Saint-Nazaire sont envoyés à Hambourg ou Toulouse pour assemblage final. Dans ce dernier cas, les flux domestiques n’apparaissent pas dans les chiffres régionaux du commerce international.

  • Les échanges sont décrits au lieu de destination ou au lieu de départ des marchandises, qui peuvent respectivement différer des lieux de consommation finale ou de production.

Les résultats à l’échelle régionale dépendent non seulement des caractéristiques de la demande régionale et du tissu productif local mais aussi de la localisation géographique de la région (présence d'un port, région frontalière) ou de choix logistiques des entreprises (plateforme de distribution).

Exemple : si le terminal de Montoir réceptionne à lui seul une grande partie des importations françaises d’aliments pour le bétail, il approvisionne tout l’ouest de la France et, plus largement, le territoire national.

Le solde commercial régional ne peut donc pas être interprété sans tenir compte de l'ensemble de ces éléments. Un déficit commercial n'est donc pas systématiquement lié à des performances médiocres des entreprises locales à l'international.