Vous êtes ici : Accueil > Société > Activité et emploi > Intérim

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (moyenne).Diminuer la taille de la police (très petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.Supprimer l'ensemble de la personnalisation Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Intérim

Dernière mise à jour : octobre 2016

L'intérim, une forme d'emploi développée en Pays de la Loire

Les Pays de la Loire possèdent un taux de recours à l’intérim parmi les plus élevés de France. Le secteur industriel, bien implanté en région, est le premier utilisateur de cette main d’œuvre, devant le tertiaire et la construction. Variable d’ajustement pour les entreprises, l’emploi intérimaire fluctue en fonction de la conjoncture et de la saisonnalité de l’activité. La main d’œuvre est majoritairement ouvrière, jeune et masculine.

Un recours fréquent à l’intérim dans les entreprises des Pays de la Loire

Début 2016, les contrats de travail temporaire, ou intérim, représentent 5,3 % de l’emploi salarié des secteurs marchands en région. Il s’agit du taux le plus élevé des régions françaises, après celui du Centre-Val de Loire (5,4 %). En France métropolitaine, le recours à l’intérim est estimé à 3,8 %.

Les Pays de la Loire emploient en moyenne 49 000 intérimaires au 1er semestre 2016, représentant environ 46 000 emplois en équivalent-temps-plein (données brutes).

L’emploi intérimaire, réponse aux besoins de flexibilité des entreprises, peut fluctuer de manière conséquente, en fonction de la conjoncture économique et de la saisonnalité de l’activité. Descendu à 30 000 début 2009, au plus fort de la crise, il dépasse 55 000 en juillet 2016 (données brutes).

L'emploi intérimaire est considéré comme un indicateur avancé du marché du travail (après correction des variations saisonnières). Très sensible aux variations d'activité en période de ralentissement ou de reprise économique, il anticipe les évolutions de l'emploi global.

Indépendamment de la conjoncture, juillet et, dans une moindre mesure, novembre-décembre sont généralement des mois de forte activité intérimaire. Le premier correspond à une période de fins de chantiers dans la construction et de départs en congés d’été du personnel permanent dans de nombreux secteurs, industriels notamment. Novembre et décembre sont marqués par un accroissement d’activité dans le commerce et dans l’industrie agroalimentaire, principalement en lien avec les fêtes de fin d’année.

Graphique : Évolution de l'emploi intérimaire en Pays de la Loire

Plus d’un intérimaire sur deux dans l’industrie

L’industrie est le principal secteur utilisateur de main d’œuvre intérimaire. Elle concentre 56 % des effectifs intérimaires de la région au premier semestre 2016, tandis qu’elle totalise 27 % de l’ensemble des emplois salariés des secteurs marchands. Les industries agroalimentaires (13 % de l’ensemble des intérimaires) et la fabrication de matériels de transport (9 %) font partie des principales industries utilisatrices. La présence d'une main d’œuvre intérimaire est également importante dans d’autres industries, telles que la fabrication d'équipements électriques, électroniques, informatiques et la fabrication de machines, la métallurgie et la fabrication de produits métalliques, la fabrication de produits en caoutchouc-plastique,… La durée des missions est variable selon l'activité : une semaine en moyenne dans l'industrie agroalimentaire, plusieurs mois dans la fabrication de matériels de transport (hors automobile).

Les entreprises de la construction, comme celles de l’industrie, affichent un taux de recours au travail temporaire supérieur à la moyenne des entreprises ligériennes. Elles concentrent 19 % des effectifs intérimaires de la région au 1er semestre 2016, contre 9 % de l’ensemble des emplois salariés des secteurs marchands. Les missions se déroulent généralement sur plusieurs semaines.

Le secteur tertiaire (commerce compris) a en revanche un taux de recours à l’intérim globalement faible. Il utilise 25 % de la main d’œuvre intérimaire régionale, alors qu'il emploie deux tiers des salariés des secteurs marchands. Les missions sont le plus souvent de courte durée. Le commerce (commerce de gros principalement) est le premier consommateur d'emplois intérimaires, devant le transport-entreposage. Dans la plupart des activités de services, et notamment dans l’hôtellerie-restauration, l’action sociale et la santé, d’autres formes d’emploi sont préférées au contrat de travail temporaire : CDD, contrats d’usage (extras), contrats saisonniers,…

L’agriculture fait également peu appel à l’emploi intérimaire et privilégie les CDD et les contrats saisonniers en période de surcroît d’activité.

Graphique : Poids de l'industrie, du tertiaire et de la construction, dans l'emploi intérimaire et dans l'emploi salarié, début 2016
*Champ : secteurs principalement marchands hors agriculture et salariés des particuliers employeurs

L’intérimaire ligérien : un ouvrier, plutôt jeune, de l’industrie ou de la construction

Les ouvriers constituent l’essentiel de la main d’œuvre intérimaire en région. Ils forment 83 % des effectifs : 46 % d’ouvriers qualifiés, 37 % d’ouvriers non qualifiés. Seuls 9 % des intérimaires ont le statut d’employés, 8 % sont cadres ou de profession intermédiaire.

En lien avec la surreprésentation des métiers de l’industrie et de la construction dans les missions d’intérim, les hommes sont largement majoritaires. Ils constituent 73 % de la main d’œuvre.

L’emploi intérimaire s’adresse principalement à une population jeune. Au 1er semestre 2016, 28 % des intérimaires ont moins de 25 ans. Cette même classe d’âge ne représente que 10 % de l’ensemble des actifs en emploi en Pays de la Loire.

En savoir plus

Voir également :
  • sur le site de l'Ores : Conjoncture > Marché du travail > Emploi salarié  

 

Précédent Suivant
<< Chômage
Travail à temps partiel >>