Vous êtes ici : Accueil > Conjoncture > Synthèse trimestrielle

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Synthèse trimestrielle de la conjoncture régionale

 

Abonnement à la note de conjoncture pour la recevoir directement 

N°88 - Octobre 2019

De belles performances dans les services
La baisse du taux de chômage

Des signaux négatifs pointent désormais dans l'économie mondiale. La croissance s'effrite petit à petit dans les pays émergents comme dans les économies les plus avancées. L'évolution du commerce mondial s'approche désormais de zéro et affecte largement les économies européennes. Ainsi, l'industrie européenne est désormais sous la menace d'une récession généralisée. L'Italie, l'Allemagne et l'Irlande pourraient être les plus touchées.

La France est à ce jour relativement protégée car elle est moins exposée aux soubresauts du commerce mondial, son économie étant moins ouverte sur l'extérieur. Pour autant, à terme, des difficultés pourraient poindre, notamment dans l'industrie automobile hexagonale. L'économie française pourrait cependant un peu mieux résister que ses voisins car les entreprises ont retrouvé une meilleure santé financière et les ménages bénéficient de gains de pouvoir d'achat. Au final, l'activité française ne pourrait progresser que très modérément en 2019 et 2020.

Dans ce contexte dégradé , l'économie des Pays de la Loire se porte toujours aussi bien. Pour autant, quelques entreprises de la région affichent des perspectives un peu moins encourageantes.

Des inquiétudes se font jour quant à la pérennité du site Michelin de La Roche-sur-Yon, spécialisé dans les pneus pour poids lourds. En effet, d'une part, le ralentissement du commerce mondial pèse sur les achats de camions neufs. D'autre part, Michelin est concurrencé par les pneumatiques chinois, souvent 30 % moins chers, et qui sont installés de plus en plus souvent sur les camions en pneus de remplacement.

Le canadien Dorel, installé à Cholet, rapatrie une partie de ses activités aux Pays-Bas. En Vendée, S20 Industries (ex Fagor-Brandt) a été fermée suite aux difficultés de Brandt, resté le principal client de cette entité créée en 2014.

L'économie régionale peut toutefois continuer de s'appuyer sur ses filières phares qui maillent le territoire régional. Ainsi, la maroquinerie et le luxe en général poursuivent leur développement avec des acteurs comme Vuitton.

De grands noms de l'industrie, comme Bénéteau dans le nautisme, Thalès dans les équipements de télécommunications, General Electric dans l'éolien offshore, se développent en Pays de la Loire et tirent l'activité de nombreuses PMI/ETI ligériennes. De nombreux emplois sont ainsi à pourvoir dans les entreprises régionales. Le taux de chômage s'inscrit d'ailleurs encore en baisse ce trimestre et demeure le plus bas de l'ensemble des régions françaises.

Pour autant, la dégradation du contexte économique mondial pourrait ne pas être sans conséquence pour les Pays de la Loire. De même, un "Brexit dur" comme des conflits commerciaux croissants entre les États-Unis et l'Europe pourraient limiter le potentiel de croissance de l'économie ligérienne. Ces éléments seront donc à surveiller dans les prochains mois.

 

 

 

L'Ores propose également sur le site web Observer les Pays de la Loire une veille sur les études publiées par des organismes d'observation en région.

  Suivant
 Archives >>