Vous êtes ici : Accueil > Économie > Agriculture > Nombre d'exploitations agricoles

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Nombre d'exploitations agricoles

Dernière mise à jour : février 2017

Les Pays de la Loire, une grande région agricole

Les Pays de la Loire cumulent climat et relief favorables à l'agriculture ainsi qu'une surface boisée parmi les plus faibles des régions françaises. L'agriculture, à dominante élevage, se caractérise aussi par une diversité des productions végétales et marque le paysage, entre bocage et plaines ouvertes. Quelque 31 100 exploitations se partagent 2,1 millions d'hectares de surface agricole utile. 7e pour le nombre d'exploitations, les Pays de la Loire se situent au 4e rang des régions pour la valeur de leur production agricole. L'industrie agroalimentaire occupe un poids particulièrement important dans le tissu économique et offre de nombreux débouchés aux productions agricoles ligériennes.

Plus de deux tiers du territoire des Pays de la Loire dédié à la production agricole

Les Pays de la Loire comptent près de 31 100 exploitations agricoles et 2,1 millions d'hectares de surface agricole utile (SAU), couvrant 65 % du territoire ligérien. Ils sont la 3e région pour la part de la surface agricole dans la superficie totale, derrière les Hauts-de-France et la Normandie (51 % en France métropolitaine).

Les exploitations agricoles ont une taille de 67 hectares en moyenne (61 ha en France métropolitaine). Cette surface varie selon le type de production. Aux bassins sédimentaires, situés au sud et à l'est de la région, où les grandes cultures dominent, s'oppose le bloc ancien armoricain, avec ses paysages de bocage et une orientation principalement élevage. Dans les départements ligériens, la surface moyenne par exploitation est ainsi comprise entre 50 hectares en Mayenne et 80 hectares en Vendée.

Tableau : Exploitations, surface et travail agricoles, en Pays de la Loire (2013)

  2010 2013 Évolution 2010-2013
Nombre d'exploitations 34 358 31 067 -10 %
SAU (milliers d'hectares) 2 103 2 093 -1 %
Travail agricole (unités de travail annuel) 65 158 62 833 -4 %
 Source : Agreste - RA 2010, ESEA 2013
 

Carte : Surface agricole utile des exploitations par canton* en Pays de la Loire (2010)

*ancien périmètre

Près de 4 % de l'emploi régional

Le secteur agricole est davantage représenté en région qu'à l'échelle nationale, notamment en termes d'emploi. Le nombre d'emplois agricoles est estimé à 3,8 % de l'emploi total en Pays de la Loire alors que le taux est de 3,1 % en France métropolitaine hors Île-de-France.

En 2013, 67 000 actifs permanents travaillent dans les exploitations de la région. Parmi eux, 45 500 sont chefs d'exploitation, coexploitants ou associés (68 %), 15 200 sont employés (23 %) et 6 300 sont des actifs familiaux (9 %). En équivalent temps plein, ces actifs permanents représentent 53 200 UTA (Unités de travail annuel).

Les exploitations ligériennes recourent également à l'emploi saisonnier. Les deux tiers des salariés saisonniers de la région travaillent pour des exploitations maraîchères, horticoles, fruitières ou viticoles. En équivalent temps plein, ce sont 6 500 UTA, qui s'ajoutent aux emplois permanents.

En Pays de la Loire, chaque exploitation agricole a recours en moyenne à 2 UTA (contre 1,6 UTA en France).

Diminution de la surface agricole et regroupement des exploitations

Au cours des dernières décennies, le secteur a connu d'importantes mutations. Les surfaces consacrées à l'agriculture ont globalement reculé en France. La même tendance a été observée en Pays de la Loire. Entre 1988 et de 2013, la surface agricole régionale est passée de 2,3 millions d'hectares à 2,1 millions d'hectares. Depuis la fin des années 2000, le phénomène tend cependant à s'atténuer. L'artificialisation des sols est le premier facteur explicatif de la perte de terres agricoles en région.

Le nombre d'exploitations ligériennes a fortement diminué. Ce mouvement a accompagné celui observé à l'échelle nationale, mais de manière plus marquée. Sur la seule période 2010-2013, le nombre d'exploitations agricoles recule de 10 % en Pays de la Loire, pour une baisse de 8 % au niveau national. De près de 87 000 en 1988, le nombre d'exploitations en Pays de la Loire est passé à 34 400 en 2010, puis à 31 100 en 2013. Cette évolution a touché plus particulièrement les petites exploitations.

La disparition de nombreuses petites exploitations et le regroupement des structures se sont accompagnés d'un développement des formes sociétaires. La moitié des exploitations agricoles de la région sont désormais sous statut EARL (Exploitation agricole à responsabilité limitée), GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun) ou sous une autre forme sociétaire. Parmi les grandes exploitations, qui représentent plus d'une structure sur deux en 2013, les trois quarts sont sous forme sociétaire.

Graphique : Évolution du nombre total d'exploitations agricoles, en Pays de la Loire (1990-2013)
 Source : Agreste - Recensement agricole

Quelques définitions

Unités de travail annuel (UTA) : Mesure en équivalent temps complet de l’ensemble du travail fourni sur une exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l’emploi sur les exploitations agricoles. Une UTA correspond à 225 jours de travail dans l’année

La dimension économique des exploitations agricoles : elle peut déterminée en fonction du potentiel de production, mesurée par la production brute standard (PBS). La PBS est calculée à partir de coefficients appliqués aux surfaces agricoles et aux différents cheptels. Les « petites exploitations » ont une PBS inférieure à 25 000 euros, les « moyennes exploitations » une PBS comprise entre 25 000 et 100 000 euros et les « grandes exploitations » une PBS supérieure ou égale à 100 000 euros

(Sources : Draaf).