Vous êtes ici : Accueil > Société > Santé > Consommation d'alcool, de tabac et de drogues chez les jeunes

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Consommation d'alcool, de tabac et de drogues chez les jeunes

Dernière mise à jour : août 2017

Ces données sont extraites de « La consommation d'alcool (décembre 2015), de tabac (mars 2016), de cannabis et des autres drogues illicites (mai 2016) chez les jeunes dans les Pays de la Loire. ORS Pays de la Loire ».

Télécharger les trois documents :

Expérimentation

À 17 ans, la quasi totalité des jeunes de la région ont expérimenté l'alcool, les trois-quarts le tabac et un jeune sur deux le cannabis

Parmi les substances psychoactives, l'alcool est celle qui est expérimentée le plus souvent et le plus tôt. Ainsi à 17 ans, 96 % des adolescents de la région déclarent avoir déjà consommé de l'alcool, 75 % avoir déjà fumé une cigarette, et 51 % avoir déjà fumé du cannabis, selon l'enquête Escapad 2014.

Consommation d'alcool chez les jeunes

Des usages réguliers de l'alcool en forte progression chez les jeunes ligériens et qui restent très largement supérieurs à la moyenne nationale

En 2014, un usage régulier d'alcool, c'est-à-dire la consommation d'alcool au moins dix fois au cours des trente derniers jours, est déclaré par 22 % des jeunes de 17 ans, soit par plus d'un jeune sur cinq. En 2011, cette proportion était de 16 %.

L'écart avec la moyenne nationale s'est accru au cours des années récentes. En 2014, la proportion de jeunes ligériens déclarant un usage régulier d'alcool est ainsi près de deux fois plus élevée que la moyenne nationale (22 % vs 12 % en France métropolitaine).

Pour les ivresses et les alcoolisations ponctuelles importantes (API), les fréquences sont également à la hausse. Les ivresses régulières (au moins dix dans l'année) sont nettement plus souvent déclarées par les jeunes de la région qu'en moyenne en France (15 % vs 9 %), de même que les API régulières (au moins dix dans le mois) qui sont deux fois plus fréquentes (6 % vs 3 %).

Des écarts entre garçons et filles qui restent marqués

En 2014, 33 % des garçons déclarent un usage régulier d'alcool contre 10 % des filles. Les ivresses régulières (au moins dix dans l'année) sont deux à trois fois plus souvent rapportées par les garçons (21 % contre 8 %), ainsi que les API régulières (10 % contre 3 %).

Consommation de tabac chez les jeunes

À 17 ans, plus d'un jeune sur trois fume tous les jours

Le tabac est la substance psychoactive la plus régulièrement consommée à l'adolescence. Selon l'enquête Escapad 2014, 75 % des Ligériens âgés de 17 ans déclarent avoir déjà fumé une cigarette. Ce taux d'expérimentateurs de tabac est en 2014 supérieur à la moyenne nationale (68 %).

Comme l'expérimentation, le taux d'usagers quotidiens de tabac à 17 ans a augmenté dans la région au cours des années récentes, il est ainsi passé de 31 % en 2011 à 36 % en 2014. Au plan national, ce taux a progressé de moins d'un point. En raison notamment de son fort pouvoir addictif, la consommation de tabac est plus souvent quotidienne que celle de l'alcool ou du cannabis. Cette prévalence du tabagisme quotidien parmi les jeunes de 17 ans est dans la région plus élevée chez les garçons (38 %) que chez les filles (33 %). Concernant l'usage intensif de tabac, c'est-à-dire plus de 10 cigarettes par jour, en 2014, le taux d'usagers intensifs est dans la région nettement plus élevé chez les garçons (12 %) que chez les filles (5 %).

Consommation de cannabis et des autres drogues illicites chez les jeunes

Un usage régulier du cannabis en forte progression

En 2014, un usage régulier de cannabis, c'est-à-dire la consommation de cannabis au moins dix fois au cours des trente derniers jours, est déclaré par 10 % des jeunes ligériens âgés de 17 ans.

Les usagers de cannabis sont plus fréquents chez les garçons que chez les filles. Ainsi en 2014, dans les Pays de la Loire, 57 % des garçons âgés de 17 ans déclarent avoir déjà consommé du cannabis contre 45 % des filles. Comme en France, l'augmentation depuis 2011 de l'expérimentation et de l'usage régulier du cannabis chez les jeunes âgés de 17 ans de la région concerne les garçons comme les filles.

L'expérimentation des poppers en recul, cellede MDMA/Ecstasy en augmentation

* Certaines formes de poppers (ceux à base de nitrate d'amyle ou de propyle) ne sont pas soumises à l'interdiction de vente au public.

Le niveau d'usage des autres substances illicites est nettement plus faible que celui déclaré pour la cannabis. C'est pourquoi, dans une enquête en population générale, seule peut être analysée l'expérimentation de ces drogues. Selon la substance considérée, 1 % à 8 % des jeunes ligériens âgés de 17 ans déclarent en avoir déjà consommé au cours de leur vie. Les poppers (vasodilatateurs initialement utilisés en médecine dont les principaux effets annexes observés sont l'euphorie et un sentiment de relaxation) restent en 2014 les plus expérimentés chez les adolescents de la région (8 %), devant les champignons hallucinogènes (5 %), la MDMA/ecstasy (4 %) et la cocaïne (4 %).

L'enquête Escapad

Mise en œuvre par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) depuis 2000, en partenariat avec la Direction du service national (DSN), l'enquête Escapad se déroule lors de la Journée défense et citoyenneté. Cette enquête est réalisée sur quelques jours et répétée en moyenne tous les trois ans. Les jeunes qui particpent à cette enquête répondent à un questionnaire auto-administré anonyme sur leur santé et leurs consommations de substances psychoactives. Ces adolescents sont en majorité âgés de 17 ans. Pour la dernière enquête de 2014, 22 000 questionnaires ont été analysés au niveau national (métropole). Les données nationales et régionales de cette enquête sont redressées sur le département et le sex-ratio départemental.