Vous êtes ici : Accueil > Société > Activité et emploi > Intentions de recrutement (Besoins en main-d'oeuvre)

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Intentions de recrutement (Besoins en main-d'oeuvre)

Dernière mise à jour : septembre 2017


L'enquête « Besoins en main-d'œuvre » (BMO), réalisée annuellement par Pôle emploi en partenariat avec le Crédoc, a pour objectif de recenser les projets et les difficultés de recrutements des employeurs en Pays de la Loire. Dans le cadre de cette nouvelle édition, plus de 89 200 établissements ont été interrogés sur leurs intentions d’embauche pour l’année 2017.

Conformément aux éditions précédentes, l'enquête fournit 3 indicateurs visant à identifier le plus précisément possible les besoins des entreprises et favoriser le retour à l'emploi :

  • le nombre d'intentions de recrutement par métier,
  • la part de recrutements prévus considérés comme difficiles,
  • la part de recrutements prévus à caractère saisonnier.

Intentions de recrutement

Tableau : Les dix métiers aux plus fortes intentions de recrutement en Pays de la Loire (2017)
Métiers Projets de recrutements   Dont recrutements saisonniers
Viticulteurs, arboriculteurs, salariés, cueilleurs 6 660   97,2 %
Professionnels de l'animation socioculturelle (animateurs et directeurs) 4 849   83,1 %
Agents d'entretien de locaux (y compris ATSEM) 4 724   41,2 %
Agriculteurs salariés, ouvriers agricoles 4 658   85,8 %
Serveurs de cafés, de retaurants et commis 4 293   76,2 %
Aides, apprentis, employés polyvalents de cuisine 3 533   46,5 %
Aides-soignants 3 478   65,1 %
Employés de libre-service 3 147   53,9 %
Ouvriers non qualifiés des industries agro-alimentaires 3 015   54,6 %
Maraîchers, horticulteurs salariés 2 893   95,6 %
Ensemble des 200 métiers 113 915   44,0 %
   Source : Pôle emploi /CRÉDOC

Selon l’enquête BMO, plus de 113 900 projets de recrutement ont été recensés en Pays de la Loire pour l’année 2017. Les intentions d’embauche sont ainsi en croissance de 9 % sur un an, soit une tendance plus marquée qu’à l’échelle nationale (+8,2 %).

Les métiers les plus recherchés sont majoritairement des professions fortement impactées par l’emploi saisonnier. La part des recrutements saisonniers dépasse notamment les 85 % pour les métiers de main d’œuvre dans l’agriculture (97,2 % pour les viticulteurs, 95,7 % pour les maraîchers, horticulteurs et 85,8 % pour les agriculteurs salariés). Elle s’avère également significative pour les métiers de l’hôtellerie restauration (76,2 %).

L’analyse par bassin d’emploi révèle également une variabilité importante autour de la propension à recruter. L’indicateur apparaît corrélé au caractère saisonnier du bassin d’emploi. En effet, les territoires où l’emploi saisonnier est développé (côte atlantique ou bassins agricoles) affichent des taux d’établissements prêts à recruter significativement plus importants. C’est notamment le cas pour la Baule (34,9 %), les Sables-d’Olonne (32,4 %) ou Challans (31,8 %).

Métiers dont le recrutement est considéré comme difficile

Tableau : Les dix métiers aux plus fortes difficultés de recrutement en Pays de la Loire (2017)
Métiers Effectifs à recruter* Taux de tension
Coiffeurs, esthéticiens, hydrothérapeutes 989 68,8 %
Aides à domicile, aides ménagères, travailleuses familiales 2 812 68,2 %
Ingénieurs et cadres d'études, R&D en informatique, chefs de projets informatiques 1 674 67,1 %
Ouvriers non qualifiés métallerie, serrurerie montage (y compris réparateurs) 1 084 64,8 %
Cuisiniers 2 122 56,8 %
Formateurs (y compris moniteurs d'auto-école) 992 55,4 %
Conducteurs routiers et grands routiers 1 589 52,4 %
Commerciaux (techniciens commerciaux en entreprise) 1 639 52,3 %
Agent de sécurité et de surveillance, enquêteurs privés et métiers assimilés 993 52,2 %
Maraîchers, horticulteurs salariés 2 893 51,8 %
Aides, apprentis, employés polyvalents de cuisine (y compris crêpes, pizza, plonge) 3 533 48,2 %
Agents d'entretien de locaux (y compris ATSEM) 4 724 48,1 %
     
*Sont uniquement retenus les métiers représentant plus de 1 % des projets de recrutements  Source : Pôle emploi / CRÉDOC

 

Parmi l’ensemble des projets de recrutements recensés par l’enquête BMO, la part des projets qualifiés de difficiles s’élève à 40,9 % en 2017 contre 32,3 % en 2016. Cette croissance est principalement portée par la construction dont la part de projets difficiles a augmenté de 15,5 points sur un an.

Plus globalement, les métiers les plus souvent associés à des difficultés de recrutement se regroupent en trois catégories :

  • Les métiers en tension en raison d’un besoin saisonnier important (horticulteurs, maraîchers, cuisiniers, agents de sécurité et de surveillance, aides apprentis, employés polyvalents de cuisine) ;
  • Les métiers en tension du fait d’une polyvalence technique et commerciale (ingénieurs et cadres d’études, recherche et développement en informatique, chefs de projets informatiques, commerciaux) ;
  • Les métiers de la santé et de l’action sociale mais également les conducteurs routiers et grands routiers ou coiffeurs, esthéticiens, hydrothérapeutes.

 

Source : Observatoire régional de l'emploi/rubrique Les besoins en main-dœuvre

 

 

Précédent
 
<< Travail à temps partiel