Vous êtes ici : Accueil > Économie > Innovation et recherche > Pôles de compétitivité

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Pôles de compétitivité

Des structures pour favoriser l’innovation

Un pôle de compétitivité est une structure (association, GIE, GIS...) qui associe des entreprises, des laboratoires de recherche et des organismes de formation autour de thématiques industrielles, une technologie-clé, un marché porteur… Dans le cadre de projets collaboratifs, les partenaires ont pour objectif de créer et de commercialiser des produits et des services innovants. Il s’agit d’une organisation privilégiée pour porter les projets de recherche et de développement.

En Pays de la Loire, 9 pôles de compétitivité sont actifs : Atlanpole Biotherapies, Elastopôle, EMC2, iDforCAR, Images & Réseaux, Mer Bretagne Atlantique, S2E2, Valorial et Végépolys.

Les projets de recherche des pôles de compétitivité en Pays de la Loire : des thématiques variées…

Tableau : Les thèmes de recherche des pôles de compétitivité en Région (2015)
Nom Rayonnement Domaines d'activité Thématiques principales
Atlanpole Biotherapies vocation nationale Biotechnologies, santé Thérapie cellulaire et génique, immunologie et immunothérapie, ingénierie moléculaire, tissulaire et cellulaire
Elastopôle vocation nationale Chimie, matériaux Matériaux, conception, formulation, process, environnement, énergie, économie
EMC2 vocation nationale Matériaux, microtechnique, mécanique Ensemble métallique et composites complexes, processus et systèmes complexes
iDforCAR vocation nationale Transports Ingénierie produit et process petite série, matériaux et architecture véhicules, intelligence des systèmes embarqués, usages spécifiques et valeur client
Images & Réseaux vocation mondiale TIC Technologies de l'information et de la communication
Mer Bretagne Atlantiquevocation mondiale Énergie, TIC, Transports Sécurité et sûreté maritimes, naval et nautisme, ressources énergétiques et minières marines (énergies marines renouvelables et offshore profond), ressources biologiques marines (pêche-aquaculture, biotechnologies bleues), environnement et aménagement littoral, ports, infrastructures et transport maritimes
Valorial vocation nationale Agriculture, Agroalimentaire Lait et produits dérivés, ovoproduits et produits dérivés, viandes et produits dérivés, microbiologie alimentaire, ingrédients fonctionnels, nutrition santé, process et emballages
Végépolys vocation mondiale Agriculture, Agroalimentaire Innovation variétale, protection des plantes, végétal et santé, horticulture et paysage urbain
S2E2
vocation nationale
Énergie
Production d'énergie, stockage de l'énergie électrique, convertisseurs de puissance, interconnexions et composants électroniques, systèmes communiquants et intelligents, systèmes et équipements, comportement des usagers et design des produits.
Source : competitivite.gouv.fr

 

L'activité des pôles de compétitivité : de la naissance à l’aboutissement d’un projet…

Dans la plupart des cas, il est possible de distinguer quatre étapes dans la vie d’un projet piloté par un pôle de compétitivité :

  • Les appels à projets et leur montage : le pôle de compétitivité sollicite les laboratoires de recherche ainsi que les entreprises afin qu’elles proposent leurs projets de R&D. À ce stade, l’équipe d’animation du pôle et les partenaires co-construisent les projets. Cette activité repose sur la recherche de partenaires, l’élaboration d’un programme de travail, la définition des rôles de chacun et l’obtention d’un accord de consortium. Ce dernier document gère tous les aspects du projet (propriété intellectuelle, confidentialité, gouvernance…).
  • La sélection des projets : en s’appuyant sur une liste de critères (faisabilité, retombées technologiques et économiques…) le pôle labellise les projets les plus prometteurs.
  • Le financement et la mise en œuvre du projet : les projets labellisés par les pôles sont proposés aux financeurs publics potentiels : l’État (via le Fonds Unique Interministériel), l’Union Européenne, la Région et les autres collectivités territoriales ainsi que d’autres structures telles que l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), Oséo… 
  • L’aboutissement du projet : cette étape donne lieu selon le projet à la création de prototypes, de nouveaux procédés ou de nouveaux produits pouvant être protégés par des brevets avant industrialisation et commercialisation. La valorisation du travail universitaire de recherche peut conduire à la publication d’articles scientifiques et à la soutenance de thèses.

Les adhérents des pôles en Pays de la Loire en 2011 : entreprises, laboratoires et établissements de formation

Les adhérents aux pôles de compétitivité sont en majorité des établissements d’entreprises. Parmi les adhérents aux pôles, la part des établissements d’entreprise varie de 39 % pour Atlanpole Biothérapies à 84 % pour Images et Réseaux.

Graphique 1 : Effectif des adhérents aux pôles de compétitivité en Pays de la Loire (2011)

Source : les pôles de compétitivité, enquête DGCIS

Au regard de l’effectif des adhérents, les 8 pôles actifs en Pays de la Loire ont des tailles très différentes, 3 groupes se dégagent :

  • Plus de 600 adhérents : Végépolys
  • Entre 200 et 300 adhérents : Valorial, EMC2, Images et Réseaux, iDforCAR
  • Moins de 200 adhérents : Atlanpole biothérapies, S2E2, Élastopôle

Ces différences s’expliquent probablement par le degré de spécialisation des thématiques traitées par chaque pôle, par le type d’entreprises adhérentes (taille des effectifs salariés, chiffres d’affaires, part dédiée à la R&D…) mais aussi par la stratégie d’animation des pôles (communication, attractivité, conditions d’adhésion…). Par exemple, dans le domaine de la production végétale de nombreuses PME sont adhérentes à Végépolys. Par contre, les adhérents d’Elastopôle sont principalement des groupes importants des secteurs du caoutchouc et de la chimie.

Labellisation et financement des projets

Entre 2010 et 2011, le nombre total de projets labellisés est en augmentation. Seuls 3 pôles sur les 8 en action dans la région comptent moins de projets labellisés qu'en 2010. Ce nombre dépend de la nature des projets (budgets prévisionnels, chercheurs à mobiliser, disponibilité des équipements techniques, durée) ainsi que des besoins identifiés sur le marché et de l’animation du pôle.

Graphique 2 : Nombre de projets labellisés par les pôles de compétitivité de 2008 à 2011

Source : les pôles de compétitivité, enquête DGCIS

Certains projets labellisés par le pôle peuvent ne pas bénéficier de financements publics. Les données sur le nombre de projets financés doivent être interprétées avec prudence car au moment où l’enquête a été réalisée, certains projets labellisés par les pôles peuvent être en attente de financement.

Tableau : Financement des projets en 2011
    Projets financés
Pôles de compétitivité Projets labellisés par le pôle Projets financés par des fonds publics (*) Montant prévisionnel du financement Dont financements publics
IMAGES & RESEAUX 115
47 96,0 M€
41,3 M€
EMC2 43 24 65,0 M€
20,4 M€
ATLANPOLE BIOTHERAPIES 43 19 38,8 M€ 22,5 M€
VALORIAL 37 23 24,2 M€  9,2 M€
IDFORCAR 19 9 21,4 M€  8,8 M€
S2E2 49 9 16,0 M€  5,0 M€
ÉLASTOPÔLE 11 3  9,3 M€  3,6 M€
VEGEPOLYS
 35 10 3,4 M€ 1,8 M€
 Source : Enquête annuelle de la DGCIS. (*) Certains projets peuvent être en attente de financement.

Les sources de financements publics des projets sont :

  • Le fonds unique interministériel : il est octroyé aux projets de recherche et développement collaboratifs des pôles de compétitivité retenus lors des appels à projets (deux par an) et aux plateformes d'innovation labellisées par l’État. L'enveloppe globale pour la période 2009-2012 s’élève à 600 millions d'euros, dont 495 M€ pour les projets de R&D et 105 M€ pour les plates-formes d'innovation. En 2011, 7 pôles actifs en Pays de la Loire ont bénéficié de ces financements. 

  • Les collectivités territoriales, en particulier la Région.

  • Les structures telles qu'Oséo et l'Agence nationale de la recherche qui ont vocation à financer la recherche et l'innovation tant publique que privée. 

  • Les fonds européens tel que le FEDER.

Graphique 3 : Montant et origine des intentions de financements publics des pôles en 2011 (M€)

Source : les pôles de compétitivité, enquête DGCIS

En 2011, au moins trois pôles ont bénéficié de fonds privés dans le cadre d'une mise en relation de PME avec des capitaux risqueurs ou des business angels : Atlanpole Biothérapies, EMC2 et Images et Réseaux.

Des retombées scientifiques, technologiques et économiques

Les retombées scientifiques des projets correspondent principalement à la participation à des colloques et/ou à la publication d’articles scientifiques.Un autre indicateur est celui du nombre de chercheurs et d'ingénieurs (laboratoires et entreprises) mobilisés sur ces projets. Ce nombre va de 3 à 26 années-hommes sur l'ensemble de la vie des projets, ce qui représenterait plus d'un milliers d'années-hommes pour les projets labellisés en 2011.

Tableau : Les retombées scientifiques des projets labellisés par les Pôles en 2011
Pôles de compétitivité Nombre d'articles scientifiques publiés Nombre de communications scientifiques internationales
VEGEPOLYS 69 83
IMAGES & RESEAUX 60 50
ATLANPOLE BIOTHERAPIES 29 43
VALORIAL 31 23
ÉLASTOPÔLE 4 2
IDFORCAR nd nd
EMC2 nd nd
S2E2 nd nd
 Source : Enquête annuelle de la DGCIS.

Une partie des retombées technologiques peut être mesurée par les titres de propriété intellectuelle (brevets, modèles…) déposés.

Le nombre de dépôts de brevets dépend de :

  • La nature du projet : les nouvelles variétés végétales ne peuvent ainsi pas faire l’objet d’un dépôt de brevet mais sont protégées par un Certificat d'Obtention Végétale (COV). 
  • La stratégie des entreprises : certaines d’entre elles préfèrent ne pas publier les résultats de leur recherche plutôt que de les protéger en les rendant publics.
De ce fait, l’analyse des dépôts de brevets et des autres titres de la propriété intellectuelle n’offre qu’une vision partielle des retombées technologiques d’un projet.
Tableau : Les retombées technologiques des projets labellisés par les pôles en 2011
Pôles de compétitivité Nombre de brevets déposés Autres titres de la propriété intellectuelle déposés (*)
ATLANPOLE BIOTHERAPIES 48 0
IMAGES & RESEAUX 25 nd
VEGEPOLYS 5 10
IDFORCAR 5 nd
VALORIAL 2 3
ÉLASTOPÔLE 0 0
EMC2 nd nd
S2E2 nd nd
 Source : Enquête annuelle de la DGCIS. (*) : enveloppe Soleau, modèles, marques, dessins...

 

Les retombées économiques des projets correspondent, en partie, à la mise sur le marché de nouveaux procédés et/ou produits.

Tableau : Les retombées économiques des projets aboutis fin 2011 (en nombre de projets)
Pôles de compétitivité Projets ayant produit de nouvelles connaissances sans application directe (1) Projets ayant produit de la connaissance et qui trouveront une application directe dans l'élaboration de nouveaux produits ou procédés (2) Projets ayant abouti à de nouveaux produits mis sur le marché ou de nouveaux procédés (3) Autres types de retombées
IMAGES & RESEAUX 38 21 30 nd
VALORIAL 10 16 52 4
ATLANPOLE BIOTHERAPIES 25 8 13 0
IDFORCAR 0 19 19 0
EMC2 6 3 5 11
VEGEPOLYS 7 7 6 1
ÉLASTOPÔLE 0 0 0 0
S2E2 nd nd nd nd
 Source : Enquête annuelle de la DGCIS.
(1) Le projet est censé aboutir à de nouvelles connaissances qui n’existaient pas avant. Par contre, cette connaissance n’a pas a priori d’application directe.
(2) Le projet est censé aboutir à de nouvelles connaissances qui n’existaient pas avant. Par contre, ces connaissances s’inscrivent dans un projet plus vaste qui peut aboutir à la mise sur le marché d’un nouveau produit ou d’un nouveau procédé de fabrication. C’est-à-dire qu’il est prévu dans un second temps une phase d’ingénierie ou de développement, si les travaux aboutissent.
(3) Le projet a clairement un objectif d’élaboration d’un nouveau produit ou d’un nouveau procédé. Il peut y avoir une phase de recherche pure, mais l’ingénierie est pleinement incluse dans le projet.