Vous êtes ici : Accueil > Économie > Les filières stratégiques régionales > Navale, nautique

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Navale, nautique

Dernière mise à jour : janvier 2017

 

© B. Biger / STX France - Europe - Chantier naval Saint-Nazaire

 

  • 1ère région française en termes d’emplois dans la construction de navires et structures flottantes avec près de 3 700 salariés et 167 établissements (source : Acoss, 2015),
  • Environ 200 salariés et 53 établissements dans la réparation et maintenance navale (source : Acoss, 2015).
  • 1ère région française dans la construction de bateaux de plaisance avec plus de 3 700 salariés et 30 établissements employeurs (source : Acoss, 2015),
  • 18,1 % des effectifs nationaux de la filière nautique (source : Fédération des industries nautiques, FIN, 2014-2015),
  • 18,4 % du chiffre d’affaires français dans la filière nautique, avec plus de 800 millions d’euros de chiffre d’affaires (source : FIN).

 

Des entreprises en Pays de la Loire figurent parmi les plus remarquables de la filière au niveau national et/ou mondial :

  • filière navale : STX France (siège à Saint-Nazaire, 44), DCNS (siège à Paris, un site à Nantes-Indret, 44), Océa (siège aux Sables-d’Olonne, 85), Alumarine Shipyard (Couëron, 44), SEE Merré (Nort-sur-Erdre, 44), Navalu (Bouin, 85), Advanced Aerodynamic Vessels – A2V (siège à Nantes, 44) ;
  • filière nautique : Groupe Bénéteau (siège à Givrand près de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, 85).


Plusieurs structures d’innovation sont présentes sur le territoire régional avec :

  • plusieurs pôles de compétitivité : EMC2 (technologies avancées de production), Pôle Mer Bretagne Atlantique (recherche de technologies propres pour la filière navale/nautisme), Élastopôle (caoutchouc et polymères) et S2e2 (gestion des énergies électrique et thermique).
  • l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Jules Verne à Nantes pour développer notamment de nouveaux procédés de fabrication et des solutions robotisées.
  • des Plateformes Régionales d’Innovation (PRI) dont Technocampus Océan à Bouguenais (44) en procédés métalliques et structures en mer, Technocampus Composites à Nantes (44) en technologies innovantes pour la fabrication et l’assemblage de pièces de grandes dimensions en composites, Technocampus Smart Factory à Saint-Nazaire (44) en réalité virtuelle notamment, Fondation Océan Vital sur les énergies renouvelables aux Sables-d’Olonne (85), Solfi2a pour l’agencement et l’aménagement de l’habitat à Montaigu (85), Cemcat sur les matériaux composites à Changé (53) et Proxinnov pour la robotique à La Roche-sur-Yon (85).

Les caractéristiques de la filière navale, nautique

La filière navale comprend la construction, l’équipement, la réparation et la transformation de navires servant les « 5 marines » : défense, marine marchande, pêche, recherche et bateaux de plaisance d’une longueur > à 24 mètres. Elle comprend aussi la démolition navale.

La filière nautique comprend la construction et la réparation de bateaux de plaisance pour des clients finaux particuliers et des sociétés de location. Il s’agit du nautisme grand public d’une part et des activités sportives (courses au large) d’autre part. De multiples activités font partie de la filière tels que les cabinets d’architecture, les bureaux d’études, les designers…

Les filières navale et nautique ne sont pas pour autant strictement compartimentées. Il s’avère que pour certains types de marché, la double compétence est un atout, voire une nécessité.

La chaîne de valeur de la filière navale et nautique s’organise autour d’acteurs majeurs que sont les chantiers de construction et de réparation qui assurent le rôle d’ensemblier.  

Photographie de la filière navale, nautique en Pays de la Loire

Chiffres clés, spécificités

La région des Pays de la Loire se caractérise par une façade maritime importante avec 450 km de côtes. Le Port de Nantes/Saint-Nazaire, premier port de la façade atlantique, est un atout pour l’industrie maritime des Pays de la Loire.

La filière navale/nautique représente plus de 10 000 salariés en région. De nombreux acteurs de la recherche travaillent sur cette filière en Pays de la Loire.

C'est la première région française en termes d’emplois dans la construction navale devant les régions Bretagne et Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’histoire maritime des Pays de la Loire a notamment été écrite à travers l’histoire des Chantiers de l’Atlantique, aujourd’hui STX France, un des leaders mondiaux du secteur. 

Elle est également en première position au niveau national en termes d’emplois dans la construction de bateaux de plaisance, loin devant la Nouvelle-Aquitaine (831 salariés) et la Bretagne (614 salariés).

En prenant la filière nautique au sens large, c'est-à-dire ne comprenant pas que la production, mais englobant aussi de nombreuses autres composantes, les Pays de la Loire se placent en seconde position, derrière la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (source : FIN)

Marchés, panorama des entreprises

La région des Pays de la Loire possède sur son territoire l’entreprise qui détient le plus important chantier en navale civile de France : l’entreprise STX France située à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique.

La filière nautique n’est pas en reste non plus dans la région puisque l’entreprise Bénéteau, basée près de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85), est le leader français en construction de bateaux de plaisance. Le groupe est également leader mondial dans la construction de voiliers.

Les entreprises phares de la filière navale-nautique présentes en région (liste non exhaustive) sont :

Entreprises phares de la filière navale :

  • STX France : basée à Saint-Nazaire, cette entreprise de plus de 2 500 salariés, est l’un des leaders mondiaux pour la conception et la construction de navires complexes à forte valeur ajoutée. Détenue à 66 % par STX Europe (filiale à 100 % du groupe coréen STX Offshore & Shipbuilding) et à 33 % par l’État français, cette société possède le chantier de construction navale de Saint-Nazaire (44), le plus grand d’Europe et l’un des plus grands du monde avec une superficie de plus de 150 hectares. Le chantier est doté d’un Très Grand Portique (TPG) : d’une largeur de 130 mètres et d’une hauteur de plus de 75 mètres, l’engin peut transporter jusqu’à 1 400 tonnes de charge. STX France a construit, de 2013 à 2016, l'Oasis 3, baptisé « Harmony of the Seas », le plus grand paquebot du monde pour la compagnie Royal Caribbean. Oasis 4, commandé par la même compagnie, est en cours de construction et devrait être livré en 2018. L’armateur italo-suisse MSC Croisières, dont la flotte de 12 bateaux est issue des chantiers de Saint-Nazaire, a choisi ce site pour construire ses deux prochains paquebots, avec une option pour deux paquebots supplémentaires. Le carnet de commandes comprend aujourd'hui 14 navires pour une valeur de 12 milliards d'euros. Il est à noter qu’à la suite de la mise en vente en octobre 2016 du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, lourdement endetté, en même temps que sa filiale française STX France à Saint-Nazaire, dont le carnet de commandes est rempli, cinq repreneurs se sont déclarés : trois groupes européens et deux groupes asiatiques. À ce jour (janvier 2017) les chantiers sont en passe d’être rachetés par le constructeur italien Fincantieri, potentiellement associé au groupe naval militaire français DCNS.
  • DCNS Business Unit Propulsion et le Centre de recherche Sirehna  : leader européen de la construction navale de défense, DCNS, entreprise française, emploie 13 000 salariés à travers le monde, dont 1 100 salariés à Nantes-Indret (44). Cette société est spécialisée dans la conception, la réalisation, les essais et l’entretien de systèmes et équipements pour la propulsion navale (bâtiments de surface et sous-marins) au service des marines française et étrangère. Le centre de recherche Sirehna, expert de la dynamique du véhicule marin et des domaines connexes, a été racheté par DCNS en 2008 et a intégré DCNS Research en 2011. En 2016, DCNS a remporté un méga contrat estimé à 34 milliards d’euros pour la construction de la prochaine génération de sous-marins australiens. Ce contrat est la plus importante commande militaire jamais passée par l’Australie. Il porte sur 12 sous-marins Barracuda de plus de 4 000 tonnes fonctionnant de manière hybride (diesel-électrique). 
  • Océa  : ce fabricant de navires militaires, océanographiques ou scientifiques emploie environ 250 salariés répartis sur quatre sites de production (Saint-Nazaire, 50 salariés, Fontenay-le-Comte, 60 salariés, Les Sables-d’Olonne, 90 salariés et La Rochelle, 40 salariés). Son siège est aux Sables-d’Olonne (85). 95 % de son chiffre d’affaires est réalisé à l’export. Océa livre chaque année 15 à 20 navires en moyenne.
  • Advanced Aerodynamic Vessels (A2V) : basée à Nantes (44), cette entreprise, créée en 2013 pour étudier, concevoir et commercialiser toute une gamme de navires rapides, confortables et économes en énergie, a dévoilé en 2015 le prototype d’un nouveau type de navire rapide alliant haute vitesse et très faible consommation. Elle emploie 4 salariés.

Entreprise phare de la filière nautique :

  • Groupe Bénéteau : leader mondial des fabricants de voiliers, second constructeur mondial de bateaux de plaisance après l’américain Brunswick, le groupe emploie 3 550 salariés en France et en Europe. Il détient 11 établissements en Pays de la Loire représentant environ 3 000 salariés. Il se développe sur le marché de la construction de yachts à moteur et depuis avril 2015, avec Bénéteau rent, le groupe se lance dans le service de location de bateaux à moteur via internet. Son siège est situé à Givrand, près de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85).

L'état des lieux de la filière navale, nautique en France et dans le monde

Au niveau national 

© A. Klose / SNTP - Paquebot Harmony of the Seas - Chantiers STX France à Saint-Nazaire

La France possède l’une des côtes maritimes les plus longues d’Europe. Ainsi le monde maritime y a occupé une place importante historiquement, pour le commerce ou pour les guerres. La France a deux principaux atouts pour l’industrie navale et nautique : des eaux territoriales les plus étendues d’Europe (2e au monde derrière les États-Unis) et une base industrielle navale forte. L’industrie française de la construction, réparation et conversion de navires est au 6e rang mondial et au 2e rang européen du marché global civil et militaire (derrière le Royaume-Uni). La France comprend sur son territoire des « champions » mondiaux de la construction navale civile ou de défense ainsi que de nombreuses entreprises de taille moyenne. Citons à titre d’exemple STX France (Saint-Nazaire, 44), DCNS (Saint-Nazaire, 44), CMN (Constructions mécaniques de Normandie à Cherbourg, 50), Piriou (Concarneau, 29)….

Seul ou presque le carnet de commande du chantier STX France de Saint-Nazaire est repéré par les grands cabinets des courtiers internationaux.

On ne connaît guère le chiffre global et les effectifs de la filière dans la réalité. Le Gican (Groupement des industries de la construction et des activités navales) avance 8 milliards d’euros pour 40 000 emplois directs. Mais c’est avec la construction navale militaire et en incluant aussi les effectifs des fournisseurs d’équipements et de services marins. Cela reste donc très approximatif. En France, il n’existe pas à ce jour de suivi précis des chantiers navals avec une mesure annuelle du carnet de commandes, de sa valeur et l’évolution des effectifs, comme celles existant en Allemagne et aux Pays-Bas. Selon les décomptes établis par Le marin, l’effectif direct des chantiers ayant une activité civile ou mixte civile et militaire tourne autour de 4 500 emplois. Avec le volet très important d’intervenants extérieurs qui travaillent tous les jours sur le site de Saint-Nazaire, il faut ajouter 3 000 à 3 500 personnes, soit un total de 8 000 personnes travaillant en ce moment dans les chantiers français.

Afin de faire face à une concurrence accrue, notamment asiatique, les chantiers navals français se sont spécialisés. Grâce à STX France notamment, la France dispose d’un grand savoir-faire dans la construction de paquebots de croisière.

La filière nautique française, en dépit du caractère relativement modeste de ses effectifs (environ trois fois moins importants que l’Italie et cinq fois moins que le Royaume-Uni), reste en bonne place sur l’échiquier international (5e rang mondial global, 1er rang mondial sur le segment des voiliers grâce à Bénéteau).

Le Grand Ouest (Pays de la Loire et Bretagne loin devant la Normandie et le Centre-Val de Loire) contribue au chiffre d’affaires national à hauteur de 34,6 % du total soit 1,53 milliard d’euros. Les Pays de la Loire sont, à eux seuls, à l’origine de 18,4 % du chiffre d'affaires et de 18,1 % des effectifs nationaux (FIN).

Le secteur reste en France fortement concentré, à la fois en termes d’entreprises – Bénéteau représente environ 60 % des effectifs et du chiffre d’affaires – et sur le plan géographique (régions Provence-Alpes-Côtes d'Azur, Pays de la Loire et Bretagne). Les départements Vendée, Gironde et Charente-Maritime réalisent près des trois-quarts des exportations.

Au niveau mondial et européen

L’Europe a longtemps disposé d’un secteur naval de première importance au niveau mondial, mais la concurrence internationale s’est progressivement renforcée, et aujourd’hui, les navires de charge de gros tonnage sont majoritairement construits en Asie. Les activités en Europe se sont concentrées sur des navires plus sophistiqués ou des marchés de niche (navires de croisière, ferrys…). L’Europe reste le leader mondial sur le segment des paquebots, bateaux à voile et yachts. Elle est au 2e rang mondial pour la construction navale militaire grâce à DCNS, mais loin derrière les États-Unis.

La croissance du transport maritime qui était encore de 4,5 % en 2012 grâce à la forte demande de la Chine s’est située un peu en-dessous des 4 % en 2013 portée par la toute puissance de ses ports (Ningbo, Shanghai, Singapour, Tianjin, Guangzhou, etc.). Dans un trafic portuaire en pleine explosion à l’échelle internationale (en 2002, les dix principaux ports mondiaux avaient traité 1,9 milliard de tonnes de marchandises, un chiffre qui a plus que doublé en 10 ans puisqu’il s’établit en 2012 à 4,9 milliards de tonnes) les ports chinois ont vu leur trafic exploser détrônant peu à peu les quelques ports européens ou américains qui figuraient dans le top 10. L’Europe, en raison de la crise, est la zone la plus touchée même si des signes d’amélioration se sont amorcés depuis 2014. À titre d’illustration, l’Europe ne compte plus que quatre ports parmi les cinquante premiers (Rotterdarm aux Pays-Bas, Anvers en Belgique, Hambourg en Allemagne et Amsterdam aux Pays-Bas). La Chine, principal moteur du transport maritime mondial pendant la dernière décennie, a elle aussi donné des signes de ralentissement notamment en 2015. La demande faible a accentué la surcapacité. Toutefois, début 2016, le carnet de commandes des pays membres de l'Union européenne a progressé de 7 % sur un an.

Parmi les principaux constructeurs de navires en Europe, citons STX France, l'allemand Meyer Werft et l'italien Fincantieri.

Selon la fédération des industries nautiques (FIN), le marché international du nautisme avait atteint en 2013 son point le plus bas depuis cinq ans avec un marché mondial en baisse de 20 % et une chute de 30 % en Europe. La crise mondiale de 2008 et une conjoncture défavorable en 2011/2012 avait fait chuter le chiffre d’affaires de la production de bateaux de plaisance. En 4 ans, les effectifs avaient baissé de 25 % et la production de bateaux, en volume, de 41 % entre 2007/2008 et 2013/2014. La reprise de la croissance amorcée en 2014 s’est poursuivie depuis et en 2015 le marché nord-américain (particulièrement les États-Unis) et le marché européen sont porteurs d'une croissance générale contrairement aux marchés d'Amérique du Sud et australien (crise des matières premières notamment). Aujourd'hui, 85 % des activités mondiales de la plaisance sont portées par les États-Unis et l'Europe du Nord. Pour la première fois, la croissance est de l'ordre de 4 à 5 % et le contexte est favorable pour que le marché nautique continue son évolution.

Parmi les principaux constructeurs nautiques mondiaux on retrouve le groupe Bénéteau, les américains Brunswick Corporation et Genmar, les allemands Hanse et Bavaria Yachtbau et l’italien Baglietto.

 

Avertissement

Les données collectées au niveau régional, national, européen ou mondial ne peuvent être mises en relation en raison des périmètres d’études qui peuvent s’avérer différents selon le niveau géographique (exemple : le calcul des effectifs salariés au niveau national peut avoir un périmètre d’études différent du périmètre de niveau régional).

Précédent 
<< Thérapies de demain et santé Végétal >>
  

Quelques entreprises régionales phares

Les principales entreprises régionales leaders au niveau national ou international :

  • STX France, un des leaders mondiaux pour la conception et la construction de navires (site à Saint-Nazaire, 44) ;
  • DCNS, leader européen de la construction navale de défense (site à Nantes-Indret, 44) ;
  • Groupe Bénéteau, 1er fabricant mondial de voiliers, second constructeur mondial de bateaux de plaisance (site à Givrand, 85).

Les principaux évènements en région

  • Salon de la pêche en mer (Nantes - mars 2017) : salon annuel dédié aux matériels de pêche, bateaux de pêche, équipements, électronique marine, services et monde sous-marin.
  • Vendée Globe (départ le 6 novembre 2016 des Sables-d’Olonne) : seule course à la voile autour du monde et en solitaire, au départ et à l’arrivée des Sables-d’Olonne (85). Cette course a lieu tous les quatre ans. 29 skippers ont pris le départ pour l’édition 2016, qui a attiré 1,5 million de visiteurs sur le village du Vendée Globe. En outre, le site virtual regatta, spécialisé dans la simulation de courses océaniques (Vendée Globe, Route du Rhum, Transat Jacques Vabre…), a offert la possibilité de participer « virtuellement » à cette compétition depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone en prenant la barre d’un bateau. Cette application a réuni environ 450 800 skippers virtuels pour l’édition 2016 du Vendée Globe (250 000 skippers virtuels au départ de la course).
  • THE BRIDGE (Saint-Nazaire - juin 2017) : course transatlantique entre le Queen Mary 2 et une flotte de trimarans afin de célébrer 100 ans de fraternité entre la France et les États-Unis, après le débarquement des premiers soldats américains en Europe en juin 1917, venus défendre la liberté aux côtés des alliés. Du pont de Saint-Nazaire au pont de Verrazano de New-York, THE BRIDGE est une course contre-la-montre dont le départ est prévu à Saint-Nazaire le 25 juin 2017 et l'arrivée à New-York le 1er juillet 2017.

Hors région, avec la participation de la Région Pays de la Loire :

  • Nautic (Paris - décembre 2016) : salon annuel international des sports nautiques dans lequel toutes les filières de l’industrie nautique sont représentées.
  • Euromaritime (du 31 janvier au 2 février 2017 à Paris) : salon professionnel européen de la croissance bleue, dédié à l’économie maritime et fluviale.