Vous êtes ici : Accueil > Économie > Les filières stratégiques régionales > Thérapies de demain et santé

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Thérapies de demain et santé

Dernière mise à jour : mars 2017

© Atlanpole Biotherapies

 

  • 135 établissements d'entreprises, 2 360 emplois* (hors fabrication de dispositifs médicaux (voir l'encadré « définitions » ci-contre) et distributeurs/répartiteurs de matériel médical ou médicaments) en région (source : Astrée, 2014)
  • 4e région française, en nombre de salariés, de production de médicaments vétérinaires (source : Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires, 2016)
  • région active en biotechnologies (voir l'encadré « définitions » ci-contre) par son nombre d’établissements d'entreprises, notamment dans les biothérapies et les bioanalyses (sources : France Biotech, 2012 et LEEM, 2014)
    Aux côtés de ces entreprises, la région est bien dotée en organismes de recherche dans le secteur de la santé :

  • environ 1 000 chercheurs publics, dont 500 affectés en partie à la recherche clinique (voir l'encadré « définitions » ci-contre ; source : Observatoire de la recherche régionale, 2012, ORES)
  • des hôpitaux et cliniques privées à la pointe : CHU de Nantes (le plus gros employeur de la région) figure dans le top 10 de la recherche hospitalière nationale avec des spécialités phares en cardiologie, transplantation, thérapie cellulaire et génique… et avec une forte activité en recherche clinique), CHU d’Angers (la chirurgie cardiaque est l’une de ses activités de pointe, il possède aussi un savoir-faire en simulation pour la chirurgie), ICO Nantes-Angers (Institut de Cancérologie de l’Ouest, un des centres leaders au niveau national et européen de lutte contre le cancer), plusieurs grandes cliniques privées réparties sur tout le territoire …

La formation y est aussi développée avec plusieurs cursus de niveaux Bac+2 à Doctorat incluant les formations en médecine et pharmacie et des écoles spécialisées (ONIRIS en vétérinaire à Nantes, ISTIA en santé à Angers...).

*Pour l’analyse sur les Pays de la Loire, les établissements de dispositifs médicaux (voir l'encadré « définitions » ci-contre) et les distributeurs / répartiteurs de matériel médical ou médicaments ont été exclus en raison de leur faible représentativité et de leur non spécificité en Pays de la Loire.

 

Quelques entreprises en Pays de la Loire figurent parmi les plus remarquables de la filière au niveau national et/ou mondial comme par exemple : Biomatlante (siège social à Vigneux-de-Bretagne, 44), Valneva résultant de la fusion de Vivalis et d’Intercell (siège social à Lyon, 69, un site de R&D à Saint-Herblain, 44), Biofortis, filiale de Mérieux NutriSciences (siège à Saint-Herblain, 44), Chelatec (siège à Saint-Herblain, 44), Atlantic Bio GMP (siège à Saint-Herblain, 44), OSE immunotherapeutics (siège à Nantes, 44), Novasep (siège à Nancy, 54, un site au Mans, 72), Laboratoire Brothier (siège à Nanterre, 91, un site à Fontevraud, 49).

Plusieurs structures d’innovation liées aux thérapies de demain et santé sont présentes sur le territoire régional avec :

  • des pôles de compétitivité : Atlanpole Biotherapies, pôle interrégional – Pays de la Loire, Bretagne, Centre-Val de Loire - qui porte la dynamique, en région, des entreprises innovantes et expertes du secteur de la santé et des biotechnologies et accompagne la création régulière de nouvelles entreprises. Cette thématique de la santé est également présente dans les domaines d’activités stratégiques d’autres pôles comme Images et Réseaux (sur les technologies numériques), Végépolys (sur les végétaux « actifs » en santé) et le Pôle Mer Bretagne Atlantique (sur les bioressources marines).
  • le cyclotron ARRONAX à Nantes, accélérateur de particules, unique en Europe pour la production d’isotopes (voir l'encadré « définitions » ci-contre) en radiochimie et oncologie.

La santé est aussi pensée en termes de besoins et usages spécifiques en fonction de l'âge de la population avec :
  • le cluster Nova Child dont les projets sont relatifs à l’innovation pour le bien-être de l’enfant. Un des trois axes thématiques prioritaires du cluster est « le bien-être, la nutrition, l’hygiène, la santé ».
  • le Gérontopôle régional Autonomie-Longévité à Nantes, dont la mission principale est d’accompagner les projets destinés à promouvoir un vieillissement en bonne santé, à préserver l’autonomie des personnes âgées et à améliorer les conditions de vie favorisant la longévité. Il travaille avec la CCI Pays de la Loire sur la silver économie.

 

Les caractéristiques de la filière des thérapies de demain et santé

Selon les acteurs concernés par le secteur, la filière Santé, incluant les thérapies de demain (notamment les immunobiothérapies, les radiopharmaceutiques et la médecine régénérative, spécialités phares de la région Pays de la Loire) regroupe l’ensemble des entreprises ayant comme marché cible les activités liées à la santé, avec des activités principales très diverses. Ainsi, selon la Fédération des industries de Santé (FeFis) « les industries de santé rassemblent des acteurs ayant pour objectif commun la prévention, le diagnostic, la compensation du handicap et le traitement des pathologies à savoir le médicament humain, vétérinaire, les dispositifs médicaux, le diagnostic in vitro, la chimie pharmaceutique, la répartition pharmaceutique (hors pharmacies d’officine), les sous-traitants des industries de produits de santé, notamment de production ».

Cinq sous-secteurs forment la filière thérapies de demain et santé :

  • les produits pharmaceutiques : médicaments d’origine chimique ou produits servant à leur fabrication.
  • les biotechnologies de santé (voir l'encadré « défitions » ci-contre) comprenant les biomédicaments (voir l'encadré « définitions » ci-contre) ou produits servant à leur fabrication.
  • les dispositifs médicaux (voir l'encadré « définitions » ci-contre) : instruments, appareils, équipements, logiciels etc., utilisés seuls ou en association, tels que l’imagerie électronique, les implants, les biomatériaux, le matériel de diagnostic, l’équipement médical, les textiles médicaux, les équipements de laboratoires, le matériel médical et chirurgical et les équipements périphériques de santé (production de gaz, alcool, flaconnage…).
  • la nutrition santé : à mi-chemin entre des entreprises de l’agroalimentaire et des entreprises de biotechnologies, ce sous-secteur veille à la protection de la santé et du bien-être humain via la nutrition.
  • la e-santé : domaine englobant les logiciels médicaux, la télémédecine, les objets connectés en santé, les télécommunications et les prestations de service…
  • les services à la santé : sont concernés les soins à domicile, la restauration spécialisée, la collecte ou le traitement des déchets de soins, l’ingénierie et la sous-traitance industrielle, le conseil.

La filière thérapies de demain et santé a profité ces dernières années d'un marché en progression malgré des contraintes de plus en plus importantes (déficit public à réduire, maîtrise des dépenses de santé, renforcement de la réglementation…). Le marché domestique notamment est en croissance en raison du vieillissement de la population, de l’intensification des politiques de dépistage, de la place grandissante des maladies chroniques…

Concernant l'industrie pharmaceutique plus particulièrement, la chaîne de valeur globale traditionnelle des produits pharmaceutiques, telle que définie par l’Observatoire des biotechnologies de santé en France, comporte les principaux maillons suivants :

  • la recherche,
  • l’industrialisation (production chimique ou bioproduction),
  • le développement préclinique et clinique,
  • l’enregistrement (autorisation de mise sur le marché),
  • la commercialisation.

Photographie de la filière des thérapies de demain et santé en Pays de la Loire

Chiffres clés, spécificités

La filière régionale des thérapies de demain et santé compte 135 établissements d'entreprises représentant environ 2 360 emplois (hors fabricants de dispositifs médicaux, qui sont pour la plupart des PME comme Keosys, Physidia, Newclip Technics ou des fabricants de mobilier médical de taille plus importante… voire des TPE en région, et hors distributeurs/répartiteurs de matériel médical ou médicaments, souvent antennes de groupes ayant leurs sièges hors région).

La région des Pays de la Loire est une région active en biotechnologies par son nombre d’établissements d'entreprises (souvent des start-up), notamment dans les biothérapies et les bioanalyses. Elle a obtenu récemment plusieurs LABEX et EQUIPEX (programme d’Investissements d’Avenir), gage de ses performances en santé. Localisées majoritairement en Loire-Atlantique, elles sont fédérées par le pôle Atlanpole Biotherapies.

C’est la 4e région française, en termes d’effectifs, en production de médicaments vétérinaires avec notamment un centre de recherche d’un leader mondial (MSD Santé Animale).

Les établissements d'entreprises de production de médicaments humains ou vétérinaires sont essentiellement localisés en Loire-Atlantique (Boiron), Maine-et-Loire (MSD Santé Animale), Mayenne (Glaxo Wellcome) et Sarthe (BSN Medical).

Marchés, panorama des entreprises

Des entreprises phares de la filière des thérapies de demain et santé en région sont présentes sur le territoire (liste non exhaustive) :

  • Biomatlante : entreprise spécialiste de biomatériaux et de technologies de régénération osseuse pour la chirurgie dentaire et orthopédique basée à Vigneux-de-Bretagne (44). Elle emploie 40 salariés et intervient dans une cinquantaine de pays.
  • Valneva : née en 2013 de la fusion entre la société autrichienne Intercell et le nantais Vivalis, cette entreprise de 320 salariés possède son établissement principal à Lyon (69) et un site d'environ 50 salariés en R&D à Saint-Herblain (44). Elle est spécialisée dans la bioproduction de vaccins et a mis sur le marché le premier vaccin humain contre la grippe pandémique H5N1. Elle est également candidate pour le vaccin contre la maladie de Lyme.
  • Biofortis innovation services : organisation mondiale de recherche de Mérieux NutriSciences au service de l’innovation dans l’alimentation, la nutrition, la santé, les cosmétiques et les biens de consommation, elle est basée à Saint-Herblain (44) et emploie environ 80 salariés.
  • Atlantic Bio GMP : premier établissement pharmaceutique français de statut public, dépendant de l’établissement français du sang (EFS) Pays de la Loire, associé à l’Inserm, au CHU de Nantes et à l’association française contre les myopathies, il est basé à Saint-Herblain (44). Il dispose d'une équipe d’environ trente personnes et fabrique des vecteurs viraux pour la thérapie génique des maladies rares. L’extension de ses locaux fin 2015 a permis de développer son activité de production de médicaments de thérapie innovante (MTI) issus de l’ingénierie cellulaire, ce qui en fait le 1er site national de ce type.
  • Chelatec : entreprise créée à l’initiative de chercheurs hospitalo-universitaires du CHU de Nantes, elle emploie 10 salariés. Elle se situe à Saint-Herblain (44) sur le site du cyclotron Arronax. Elle est spécialisée en radio-immunothérapie, méthode de traitement qui associe un anticorps à des émetteurs radioactifs pour le ciblage et l’irradiation des tumeurs.
  • OSE immunotherapeutics : essaimage de l’institut de transplantation urologique et néphrologique (ITUN) de Nantes (44), l'entreprise nantaise créée en 2008 a fusionné en 2016 avec OSE Pharma pour créer OSE immunotherapeutics, société côtée en bourse dont le siège est à Nantes et qui y emploie 20 salariés. L'entreprise développe des candidats médicaments (biomédicaments - voir l'encadré « définitions » ci-contre) en immunothérapies innovantes agissant sur les cellules activatrices ou sur les cellules suppressives pour stimuler ou inhiber la réponse immune et restaurer les désordres immunitaires en immuno-oncologie, dans les maladies auto-immunes et en transplantation.
  • Laboratoire Brothier : avec son centre de R&D localisé à Fontevraud-l’Abbaye (49), ce laboratoire travaille à la transformation d’alginates, à base d’algues, qu’il fait passer d’une forme gélifiée à celle de fibres. Ces biopolymères sont ensuite transformés en textile, sous forme de non-tissé, tricot, film, membrane, pour créer des pansements cicatrisants, des compresses, des mèches et des gaines. Il emploie une soixantaine de salariés.
  • Novasep : entreprise de services et technologies pour les sciences de la vie (production et purification industrielles de molécules), elle emploie 1 100 salariés, dont une soixantaine au Mans (72). Son siège est à Lyon (69). En 2015, 10 millions d’euros ont été investis au Mans avec la construction d’une nouvelle unité, dont la vocation sera de fabriquer une nouvelle génération de médicaments dans la lutte contre le cancer en produisant des anticorps monoclonaux conjugués (voir l'encadré « définitions » ci-contre). Trente salariés dont 20 nouvelles personnes recrutées sont prévus pour cette nouvelle unité.

 

L'état des lieux de la filière des thérapies de demain et santé en France et dans le monde

Au niveau national 

© Fotolia

En 2013, le chiffre d’affaires de la filière santé en France est estimé à 75 milliards d’euros. La France est le 5e acteur mondial en santé et le 3e acteur européen des technologies et dispositifs médicaux. Plus de 900 entreprises y sont recensées (représentant plus de 1 500 sites ou établissements et plus de 400 usines). C’est un secteur dynamique en France, largement dominé par la fabrication de médicaments.

En effet, l’industrie pharmaceutique représente plus de 50 % du marché de la santé en France en termes de chiffre d’affaires (source : LEEM, 2013), devant les dispositifs médicaux (18 %), les biotechs (6 %), le diagnostic in vitro (6 %), les principes actifs (4 %), les médicaments vétérinaires (3 %), l’optique (3 %) et autres (8 %). La France se situe parmi les leaders mondiaux de l'industrie pharmaceutique. Grâce à l’entreprise Sanofi, entreprise phare du secteur de l'industrie pharmaceutique française, la France est le leader mondial du vaccin. Sanofi est au 4e rang mondial des entreprises pharmaceutiques. En 2015, son chiffre d'affaires est de 36 milliards d’euros, loin devant les laboratoires Pierre Fabre (CA de 1,9 milliard d’euros), Beaufour Ipsen (CA de 1,2 milliard d’euros) et Boiron (566 millions d’euros).

La France figure parmi les premiers pays exportateurs mondiaux. C’est le premier producteur européen de médicaments (devant le Royaume-Uni et l’Allemagne). Elle est également bien placée en matière de recherche clinique (près de 600 études cliniques ont été menées en France en 2015, soit 10 % des essais internationaux), grâce à des partenariats efficaces entre les entreprises françaises du médicament et les grands instituts de recherche. Néanmoins de plus en plus d’essais cliniques sont réalisés hors de l’Union européenne (en Asie, en Amérique du Sud…).

Dans le domaine des biotechnologies (voir l'encadré «définitions» ci-contre), la France compte, en 2013, près de 500 entreprises sur son territoire, la plaçant au 2e rang des pays européens, derrière le Royaume-Uni et devant l’Allemagne. Les biotechnologies représentent 33 000 salariés en France et un chiffre d'affaires de 2,8 milliards d’euros. Le marché français des biotechnologies est en plein essor, les médicaments issus des biotechnologies (biomédicaments) constituant un fort relais de croissance pour l’industrie pharmaceutique. Les principales aires thérapeutiques ciblées sont l’oncologie, l’infectiologie, la neurologie et les maladies auto-immunes. On estime que d’ici à 2030, 80 % des produits de santé seront d’origine biotech. Aujourd’hui, 20 % des médicaments commercialisés sont des biomédicaments.

Dans le secteur des dispositifs médicaux (voir l'encadré «définitions» ci-contre), la France est le troisième marché européen (chiffre d'affaires de 15 milliards d’euros en 2013), derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. C’est un marché en croissance de 5 % par an. Il représente plus de 1 000 fabricants et 65 000 emplois en France. C’est une industrie de pointe et son savoir-faire est ancré dans les implants orthopédiques (10 000 emplois, un tiers de la production mondiale), l’aide technique, les systèmes de chirurgie mini-invasive, le diagnostic par imagerie et le diagnostic in vitro.

Dans le domaine de la santé animale, des raisons historiques (tradition pastorienne, premières écoles vétérinaires, liens forts avec le tissu des entreprises de santé humaine très puissant en France...) et des raisons économiques liées à l’importance des effectifs sur notre territoire, ont fait de la France le 2e marché de santé animale au monde : 41 millions d’animaux de rente (bovins, porcs, ovins, caprins), 301 millions de volailles (poulets, dindes, pintades, canards), 9 millions de lapins, 800 000 chevaux, sans oublier 7,4 millions de chiens et 11,4 millions de chats (source : Syndicat de l'industrie du médicament et réactif vétérinaires, 2016). Avec 6 700 salariés en 2015, c’est aussi le premier pays en Europe en matière de recherche et de fabrication de médicaments et de réactifs vétérinaires.

Globalement, par leur nombre de sites, trois régions françaises sont leaders dans l’industrie de la santé en France : Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Centre-Val de Loire.

 

Au niveau mondial et européen

Au niveau mondial, selon le cabinet d’études IMS Health, le chiffre d’affaires de l’industrie pharmaceutique s’élève à plus de 1 000 milliards de dollars en 2015 (+16 % par rapport à 2014). D’ici à 2020, les ventes de médicaments devraient continuer à augmenter en raison de la vague de lancement de produits innovants dans les pays développés (Amérique du Nord, Europe et Japon). Les traitements contre les maladies virales (Sida, hépatite…) représenteront la plus importante part de marché mondiale (15 %), suivis par les traitements anti-cancéreux (11 %) et les traitements antidiabétiques (10 %). Les États-Unis sont les plus gros consommateurs de médicaments. En 2013, les cinq entreprises leaders du marché mondial réalisaient près de la moitié du chiffre d’affaires du secteur et les entreprises de la filière dépensaient en moyenne chaque année 11,3 % de leur chiffre d’affaires en R&D.

Le top 5 des entreprises pharmaceutiques mondiales en 2015 en termes de chiffre d'affaires sont : Norvartis (Suisse), Pfizer (États–Unis), Roche (Suisse), Sanofi (France) et Merck &Co (États-Unis). Avec 110 000 salariés dans le monde, dont 27 000 en France, l'entreprise française Sanofi est en troisième position en termes d’effectifs derrière Norvartis et Johnson&Johnson (États-Unis). Elle a amélioré son classement dans celui des laboratoires les plus innovants, passant de la 20e place un an plus tôt à la 12e place.

Le marché mondial de l’industrie pharmaceutique est porté par :

  • l’augmentation des pathologies liées au vieillissement de la population (maladies cardiovasculaires, neurologiques, oncologiques…),
  • les évolutions du mode de vie (obésité, diabète…),
  • les ventes des traitements contre les maladies virales (sida, hépatites…),
  • l’immunologie,
  • la médecine régénérative,
  • la médecine personnalisée.

C’est un marché en perpétuelle évolution qui doit composer avec les tendances actuelles, telles que :

  • la pression des pouvoirs publics à utiliser les génériques (secteur fortement concurrentiel),
  • l’intérêt pour les thérapies ciblant les maladies chroniques et les maladies rares,
  • la pression des pertes de brevets : les entreprises sont contraintes d’innover ou de miser sur les biotechs,
  • l’automédication croissante et l’utilisation de plus en plus fréquente des médecines douces,
  • la place grandissante donnée aux vitamines et compléments alimentaires.

 

Concernant les biotechnologies et les biomédicaments, un rapport du LEEM (Syndicat professionnel des entreprises du médicament) montre qu’en 2014 les entreprises d’Amérique du Nord sont prédominantes dans le secteur des biotechnologies sur le marché mondial, leur chiffre d'affaires dans ce secteur s'élevant à 46,2 milliards d’euros (contre 32,6 milliards d’euros pour l’Europe, dont 2,8 milliards d'euros pour la France).

 

En 2013, les dispositifs médicaux représentent un chiffre d'affaires mondial de 376 milliards de dollars. 40 % des fabricants sont en Amérique du Nord (Canada et États-Unis), 30 % dans les principaux pays européens (Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni, Suède et Suisse), 15 % sont en Chine et au Japon. Il est à noter que plus de 40 % des brevets de ce secteur sont déposés aux États-Unis.

Avertissement

Les données collectées au niveau régional, national, européen ou mondial ne peuvent être mises en relation en raison des périmètres d’études qui peuvent s’avérer différents selon le niveau géographique (exemple : le calcul des effectifs salariés au niveau national peut avoir un périmètre d’études différent du périmètre de niveau régional).

PrécédentSuivant
<< Industries agroalimentaires Navale, nautique >>
  

Définitions

  • Biotechnologie : selon le LEEM (Syndicat professionnel des entreprises du médicament), la biotechnologie recouvre l’ensemble des techniques qui utilisent les ressources du vivant (tissus, cellules, protéines) ou des parties de celui-ci (gènes, enzymes). Appliquées à la santé humaine, les biotechnologies permettent d’approfondir la connaissance du génome, de fabriquer des protéines thérapeutiques, de pratiquer des cultures de cellules, de tissus, de mettre au point des procédés, de créer des organismes sub-cellulaires.
  • Biomédicament : les biomédicaments au sens strict du terme ont la caractéristique d'être produits à partir d'organismes vivants ou de leurs composants cellulaires. Les biomédicaments sont caractérisés par des approches cellulaires et/ou des approches technologiques issues du génie génétique. Ils se répartissent dans les catégories des vaccins, des protéines thérapeutiques, des anticorps monoclonaux (source : SNITEM, 2014).
  • Dispositif médical : pansements, lunettes correctrices, préservatifs, thermomètres, pacemaker, scanner médical... : le terme de « dispositif médical » (DM) regroupe un nombre très important de produits de nature et de destination variées. Selon les estimations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on compte aujourd'hui environ 10 000 catégories de dispositifs médicaux, c'est-à-dire entre 90 000 et 1,5 million de produits différents dont la sécurité et la performance sont garanties par la législation européenne. Comme pour les médicaments, les dispositifs médicaux font l'objet d'une serveillance avant, pendant et après leur mise sur le marché (source : Ministère des affaires sociales et de la santé, 2015).
  • Recherche clinique : elle recouvre les recherches « organisées et pratiquées sur l’être humain en vue du développement des connaissances biologiques et médicales » (source : Centre national de gestion des essais de produits de santé). Dans le développement d’un traitement, elle fait suite à la recherche fondamentale (sans expérimentation in vivo) et à l’expérimentation sur l’animal. Elle se déroule lors d’essais cliniques. Ceux-ci consistent à tester sur l’homme un médicament, un dispositif médical ou un acte médical, afin d’évaluer quels bénéfices il peut apporter et quels risques il peut comporter.
  • Anticorps monoclonaux : les anticorps monoclonaux sont des molécules naturellement produites par le système immunitaire en vue de déclencher une attaque ciblée sur un danger déjà rencontré. Rapidement, il est apparu que, bien choisies, ces têtes chercheuses pouvaient non seulement repérer les cellules tumorales, mais aussi bloquer leur croissance (source : Institut Curie)
  •  Isotope : les radionucléides, ou moins strictement radio-isotopes, contraction de radioactivité et de nucléide ou d’isotope, sont des atomes dont le noyau est instable et donc rayonneur. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, un nombre croissant de radionucléides est produit dans le monde pour la médecine (diagnostic ou traitements). Source : Wikipédia

Quelques entreprises régionales phares

Les principales entreprises régionales présentes au niveau national ou international :

  • Biomatlante, entreprise spécialiste de biomatériaux et de technologies de régénération osseuse pour la chirurgie dentaire et orthopédique, spécialiste des biocéramiques en phosphate de calcium (siège social à Vigneux-de-Bretagne, 44) ;
  • Biofortis innovation services, organisation mondiale de recherche de Mérieux NutriSciences au service de l'innovation dans l'alimentation, la nutrition, la santé, les cosmétiques et les biens de consommation (siège à Saint-Herblain, 44) ;
  • Novasep, entreprise de services et technologies pour les sciences de la vie (site au Mans, 72).

Les principaux évènements en région

  • Gen2Bio (mars 2017 - Nantes) : congrès annuel des chercheurs du Grand Ouest et des entreprises Biotech, organisé par Biogenouest (réseau fédérant près de 70 unités de recherche sur les thématiques de la mer, l’agroalimentaire, la santé et la bio-informatique).
  • Forum Bioregate (septembre 2016 - Nantes) : biennal, ce forum européen organisé par le pôle Atlanpole Biotherapies et l'Université de Nantes traite de la médecine régénérative.
  • NAT (Nantes Actualités Transplantation) Meeting (juin 2017 – Nantes) : rencontre annuelle de chercheurs dans le domaine de la transplantation organisée par l'ITUN de Nantes (Institut Transplantation Urologie Néphrologie).
  • Forum Blue Cluster (novembre 2016 – La Baule) : journée thématique sur les bioressources marines organisé par le pôle Mer Bretagne Atlantique et Atlanpole Biotherapies.