Vous êtes ici : Accueil > Économie > Les filières stratégiques régionales > Électronique

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Électronique

Dernière mise à jour : mars 2017

© Daniel Schweinert - Fotolia

Les chiffres clés de la filière électronique en région Pays de la Loire

 

  • Une région d'assemblage, avec des entreprises leaders au niveau national et européen (source cabinet Décision Conseil, étude 2010),
  • 5e rang des régions françaises en termes d'établissements et d'emplois (source Acoss 2015),
  • Le secteur de la fabrication de cartes électroniques assemblées (22 % des effectifs) : premier employeur de la région en électronique (liste des codes NAF, source Acoss 2015),
  • 255 établissements, 15 400 salariés, 250 chercheurs (source Acoss 2015),
  • Un taux d'exportation de 45 % (source Banque de France 2014),
  • Un taux moyen de valeur ajoutée des entreprises régionales de 37 % (source Banque de France 2014) ; le taux moyen de valeur ajoutée dans l'ensemble de l'industrie des Pays de la Loire est de 27,5 %.

 

Des entreprises en Pays de la Loire figurent parmi les plus remarquables de la filière électronique au niveau national et/ou mondial : Thales Communication & Security, Cofidur EMS (sièges en Île-de-France), Eolane, Tronico, SELHA, Lacroix Electronics, Evolis (sièges en Pays de la Loire), Souriau - Groupe Esterline (siège aux États-Unis), Europlacer (siège en Grande-Bretagne)...

Les pôles et cluster qui développent des savoir-faire en lien avec le secteur de l'électronique, présents en région sont :

  • les pôles de compétitivité : S2E2 (Smart Electricity Cluster), spécifique au secteur de l'électronique ; iD4CAR (véhicules spécifiques et mobilité durable), dont deux axes technologiques sur quatre sont liés au secteur électronique (intelligence des systèmes embarqués et TIC et mobilité durable) ; Images & Réseaux, pour le lien avec le numérique ; EMC2 sur les Technologies Avancées de Production (TAP).
  • le cluster Wen (West electronics & applications network) qui coordonne l'ambition collective WISE — West Intelligence System Electronics — de l'ensemble des acteurs régionaux de la filière électronique professionnelle avec pour objectif de faire reconnaître la région comme un territoire d'excellence en Europe.

Les caractéristiques de la filière électronique

La filière électronique « rassemble les industries qui concourent à la conception et à la fabrication des systèmes et produits utilisant la technologie électronique » (source : Groupement des professionnels de la filière électronique).

Le secteur de l’électronique peut être divisé en trois sous-secteurs :

  • Les composants électroniques (les semi-conducteurs, les résistances, les connecteurs…),
  • L’électronique grand public (appareils audio et vidéo, appareils photo numériques, jeux vidéo, ordinateurs, téléphones fixes et portables…),
  • L’électronique professionnelle ou industrielle regroupant l’ensemble des applications et la production d'équipements aux services de nombreuses filières industrielles comme la défense, le spatial, l’aéronautique, les télécommunications, les transports, le médical, la mesure et, plus largement, l’industrie. En outre, elle fournit les systèmes indispensables aux nombreuses applications numériques.

La filière électronique est une jeune industrie, née après la Seconde Guerre mondiale, devenue indispensable à toutes les autres industries et au cœur des différents projets relevant de « l'industrie du futur ».

Elle connaît des évolutions rapides, liées à la concurrence entre les entreprises du secteur, à la vitesse des cycles produits et aux évolutions technologiques marquées par la miniaturisation.

La production électronique vise deux types de marchés :

  • les marchés de masse : couverture mondiale, forts volumes de production, obsolescence rapide…,
  • les marchés « industriels » : la valeur ajoutée se situe au niveau de l’intégration de systèmes électroniques avec des productions de petites et moyennes séries.
 

Photographie de la filière électronique en Pays de la Loire

Chiffres clés, spécificités

La filière électronique est fortement représentée en Pays de la Loire. La région se situe au 5e rang national en termes d’emplois et d’établissements sur l’ensemble de l’activité électronique (derrière l’Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes) avec 255 établissements et 15 400 salariés. C’est une région riche d'entreprises leaders en France et en Europe pour l'assemblage. Elle s’est spécialisée dans l’électronique professionnelle sur des marchés exigeants (défense, aéronautique, médical, automobile) et des projets nécessitant de fortes compétences techniques (agricole, santé/médical, transport, sécurité, énergie…). Le taux d’exportation de la filière est fort (45 %) et l’activité de sous-traitance fortement représentée.

Les enjeux de la filière régionale résident dans la compétitivité des entreprises sur les marchés porteurs de l’électronique professionnelle tels que l’automobile, l’industrie et le médical, l’aéronautique/défense et la sécurité, la navale, les objets connectés pour les marchés professionnels et la ville intelligente...

Marchés, panorama des entreprises

Les activités de la filière électronique sont réparties sur l’ensemble du territoire ligérien. La taille moyenne des établissements régionaux de la filière est élevée par rapport aux autres établissements industriels régionaux : une entreprise de la filière électronique en Pays de la Loire emploie en moyenne 60 salariés (27 salariés en moyenne par établissement pour l'ensemble des secteurs industriels de la région).

Des entreprises phares du secteur de l’électronique sont présentes en région avec des établissements de grands donneurs d’ordre comme Thales Communication & Security, leader mondial des hautes technologies pour les marchés de la défense et de la sécurité, de l’aérospatial et du transport, implantée à Cholet (49) et Laval (53), et de nombreux sous-traitants (53 % des établissements en région) dont des leaders comme :

  • Eolane, entreprise de services industriels en électronique professionnelle, numéro 2 français et numéro 3 européen de la sous-traitance électronique professionnelle pour l’aéronautique, la défense, l’automobile, dont le siège est au Fresnes-sur-Loire (49),
  • Lacroix Electronics, 10e sous-traitant électronique en Europe et 4e en France, situé à Saint-Pierre-Montlimart (49),
  • Tronico, fabricant de composants électroniques pour les équipements à haute valeur ajoutée, dont le siège est à Saint-Philbert-de-Bouaine (85).

Mais aussi SELHA, Cofidur EMS...

Parmi les nombreuses autres entreprises présentes sur le territoire, citons plus particulièrement :

  • Souriau, entreprise spécialisée dans la production de connecteurs et de prises électriques conçues pour les environnements sévères, dont le siège est à Champagné (72),
  • Evolis, leader mondial en volume du marché des imprimantes cartes plastiques, à Beaucouzé (49),
  • et Europlacer, entreprise qui produit des machines pour l'assemblage et la fabrication de systèmes électroniques, basée à La Rocheservière (85).

Il faut également mentionner « La Cité de l'Objet Connecté », plateforme d'innovation industrielle implantée à Angers. Elle rassemble, autour d'Eolane, un consortium d'entreprises aux compétences complémentaires en matière d'électronique, de plasturgie, de mécanique ou de design. Son rôle est de répondre de manière accélérée aux besoins de développement d'objets connectés.

L'état des lieux de la filière électronique en France et dans le monde

Au niveau national 

Entreprise Thales, leader mondial des hautes technologies pour les marchés de la défense et de la sécurité, de l'aérospatial et du transport

En France, le secteur des industries électrique, électronique et des télécommunications représente 3 000 entreprises (dont 87 % de PME et d’ETI), 400 000 salariés et un chiffre d’affaires de 98 milliards d’euros. 46 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’export. C’est un secteur largement tourné vers la R&D avec 200 000 personnes qui travaillent en R&D.

Une vingtaine de donneurs d’ordres composent le secteur de l’électronique (Alcatel-Lucent, Airbus Group, Thales, Safran, Siemens…) ainsi qu’une vingtaine de grands « composantiers » ou équipementiers (Atmel, Gemalto, STMicroelectronics…). D’autres entreprises comme Eolane, Radiall, Acome font partie des principales entreprises sous-traitantes. Enfin près de 1 000 PMI et une soixantaine de distributeurs sont recensés dans ce secteur.

La sous-traitance électronique est en bonne santé sur le territoire national. En effet, elle représente 550 entreprises, 23 600 salariés et un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros en 2013. Les 10 principaux sous-traitants électroniques français sont des ETI, situés principalement en Île-de-France, en Pays de la Loire et en Rhône-Alpes.

Les emplois dans les métiers des industries électrique, électronique et des télécommunications sont répartis dans les grands centres industriels nationaux : Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Pays de la Loire.

Nettement en retrait dans le domaine de l’électronique grand public du fait de la concurrence des marchés low cost, la France est en revanche un pays très compétitif dans le domaine de l’électronique à forte valeur ajoutée. Elle occupe ainsi la première position dans l’industrie européenne des composants électroniques et de l’électronique industrielle et accueille sur son territoire des acteurs majeurs de la recherche et des industriels. C’est aussi un pays de référence dans le domaine des télécommunications. Elle dispose donc d'une expertise et d'un savoir-faire reconnu pour le développement des objets connectés, notamment autour de « La Cité de l’Objet Connecté » à Angers.

Si la France n’est pas un acteur prépondérant dans les matériels, logiciels et services informatiques, elle détient une expertise quasiment unique (avec les États-Unis) dans les systèmes embarqués les plus complexes utilisés par l’aérospatial et la défense.

Au niveau mondial et européen

La production électronique mondiale est estimée à plus de 1 410 milliards d’euros en 2012. Sa progression serait de + 3,2 % par an jusqu’en 2017 (source : étude World Electronic Industries 2012-2017 du Cabinet Decision).

Le marché des composants électroniques
  • Le marché mondial des semi-conducteurs atteint un revenu de plus de 315 milliards de dollars en 2013. Intel (USA) est le 1er fabricant de semi-conducteurs au monde avec 15,4 % de parts de marché.
  • Le marché mondial des composants passifs (résistances, condensateurs…) représente un chiffre d’affaires d’environ 21,7 milliards de dollars en 2013. Ce marché est dominé par le Japon dont la production atteint 52 % de parts de marché.
  • Le marché mondial des composants d’interconnexion (connecteurs, circuits imprimés…) constitue une industrie de niche, avec plus de 1 000 fabricants à travers le monde. Les ventes en 2013 s’élèvent à 48,9 milliards de dollars.
Les marchés de l’électronique grand public et de l’électronique industrielle

Il y a dix ans l'Amérique du Nord, l'Europe et le Japon représentaient les deux tiers de la production sur ces marchés. Aujourd'hui, ils en représentent un peu plus de 40 %. Leur spécialisation sur les segments de l'électronique professionnelle n'a pu compenser leur déclin dans la production en grands volumes.

La Chine, qui a bénéficié ces dix dernières années du transfert de la production de produits de masse grand public traditionnels, devrait rester le 1er pays producteur d’équipements électroniques grand public. L’Europe et l’Amérique du Nord se sont, quant à elles, spécialisées sur les segments des composants et de l’électronique professionnelle. Dans le même temps, on constate une disparité entre les marchés de grands volumes, dont la croissance globale est estimée être proche de zéro, et les marchés professionnels, dont la croissance estimée est d’au moins 6 % par an jusqu’en 2017.

Avertissement

Les données collectées au niveau régional, national, européen ou mondial ne peuvent être mises en relation en raison des périmètres d’études qui peuvent s’avérer différents selon le niveau géographique (exemple : le calcul des effectifs salariés au niveau national peut avoir un périmètre d’études différent du périmètre de niveau régional).

PrécédentSuivant
<< Présentation Robotique >>
  

Quelques entreprises régionales phares

Les principales entreprises régionales leaders au niveau national ou international :

  • Thales, donneur d'ordre, leader mondial des hautes technologies pour les marchés de la défense et de la sécurité, de l'aérospatial et du transport (sites à Cholet, 49 et Laval, 53) ;
  • Eolane, entreprise de services industriels en électronique professionnelle, n°2 en France et n°3 en Europe de la sous-traitance électronique professionnelle pour l'aéronautique, la défense et l'automobile (sites à Angers et Combrée, 49, Carquefou, 44 et Montfort-le-Gesnois, 72) ;
  • Tronico, fabricant de composants électroniques pour les équipements à haute valeur ajoutée : professionnels de l'aéronautique ou de l'industrie militaire et entreprises dans le secteur des machines médicales (site à Saint-Philbert-de-Bouaine, 85).

Les principaux évènements en région

La Biennale de l'électronique sur les systèmes intelligents (première édition en juin 2016 à Angers) propose :

  • un salon professionnel enovaANGERS2016, salon des technologies et des services électroniques, IoT (internet des objets), mesure, vision, optique ;
  • une conférence scientifique sur les systèmes intelligents et leurs applications électroniques : CISEA 2016.