Vous êtes ici : Accueil > Conjoncture > Zoom > Innovation des entreprises ligériennes (Insee)

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Innovation des entreprises ligériennes (Insee)

Les informations figurant dans ce zoom sont issues de l’enquête communautaire sur l’innovation CIS (Community Innovation Survey) réalisée par l’INSEE. Pour la période 2010 - 2012, cette étude a notamment fait l’objet d’une extension dans 9 régions dont les Pays de la Loire. L’enquête régionale porte sur un échantillon de plus de 1 500 entreprises de 10 à 249 salariés disposant d’au moins 80 % de leurs effectifs dans les Pays de la Loire. La notion d’innovation au sens large regroupe l’innovation technologique (produit ou procédé) et l’innovation non technologique (marketing ou organisationnelle).

Plus de la moitié des entreprises ligériennes innovent

Entre 2010 et 2012, 52,3 % des entreprises ligériennes de 10 à 249 salariés ont déclaré avoir innové au sens large, soit une part légèrement plus importante qu’en moyenne nationale, hors Île-de- France (51,0 %). L’analyse des résultats révèle que les structures régionales de moins de 20 salariés sont davantage engagées dans un processus d’innovation que leurs homologues d’autres régions. Dans les industries agroalimentaires, dans la fabrication de pièces en plastique et caoutchouc et dans la métallurgie, le taux d’innovation des petites entreprises se situe 15 à 19 points au-dessus du taux national (hors Île-de-France). Toutefois, l’innovation apparaît plus fréquente parmi les entreprises de plus de 50 salariés.

Au niveau des secteurs d’activités, les entreprises de services et de l’industrie innovent davantage (respectivement 65 % et 57 %) que leurs homologues du commerce de gros ou des transports (respectivement 43 % et 34 %). Pour l’industrie et les services, près de la moitié des entreprises déclarent une innovation technologique dédiée aux produits et aux procédés de production. Les autres PME sont davantage engagées dans des innovations organisationnelles.

Graphique : Proportion d'entreprises innovantes entre 2010 et 2012 par secteur et tranche d'effectifs (en pourcentage)

Un « effet régional » favorable à l’innovation

Le taux d’innovation légèrement meilleur dans les Pays de la Loire qu’en France (hors Île-de-France) s’explique en partie par la structure du tissu productif régional. L’économie locale comporte proportionnellement davantage d’entreprises industrielles de 50 à 249 salariés (métallurgie, activités manufacturières), d’où un effet taille incitant à l’innovation.

Cependant, ce sont des facteurs non structurels qui participent le plus à cette performance dans l’industrie manufacturière et dans les services : il existe donc un «effet régional». En Pays de la Loire, les entreprises ont effectivement l’avantage de bénéficier d’un environnement particulièrement favorable : les soutiens publics sont importants et les coopérations entre partenaires régionaux sont facilitées (pôles de compétitivités).

Concernant le profil des PME « innovantes », l’enquête révèle plusieurs caractéristiques communes aux entreprises. Ces structures sont ainsi le plus souvent dotées d’une fonction recherche - développement conséquente, disposent de capacités d’autofinancement, coopèrent avec de nombreux partenaires et sollicitent le soutien financier public. Sur ce dernier point, l’étude souligne que, conformément aux autres régions, le crédit d’impôt recherche (CIR) est un moyen de financement fréquemment utilisé par les petites et grandes entreprises. Cependant, la part des PME de moins de 20 salariés y ayant recours (85 %) est plus importante comparée aux autres régions (69 %). En revanche, les montants déclarés en moyenne dans les Pays de la Loire sont deux à trois fois moins élevés que pour les autres territoires.