Vous êtes ici : Accueil > Économie > Innovation et recherche > Observatoire de la recherche > Effectifs et budgets de la recherche

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Effectifs et budgets de la recherche

6 500 personnes pour la recherche académique en Pays de la Loire

Le personnel de recherche comprend plusieurs catégories : les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les ingénieurs de recherche et d’études, les techniciens, les personnels administratifs, les post-doctorants et les doctorants.

6 500 personnes pour la recherche dont 42 % d’enseignants-chercheurs et 35 % de doctorants

Graphique 1 : Le personnel de recherche en 2012

 

Source : Observatoire de la recherche 2012

 

Les laboratoires en Sciences humaines et sociales (SHS) et en Mécanique matériaux énergies et génie civil (MMEGc) représentent 62% des effectifs régionaux.

Graphique 2 : Répartition du personnel recherche par thématique en 2012

Source : Observatoire de la recherche 2012

Une hausse des effectifs de recherche de 16 % entre 2006 et 2012 en partie due à une augmentation du nombre de contractuels

Le personnel de recherche a augmenté de 16 % entre 2006 et 2012. Cette hausse s’explique en partie par une augmentation du nombre de personnels contractuels. Ainsi, pour les ingénieurs d’études, la part des contractuels est passée de 18 % à 40 % entre 2006 et 2012.

La part de contractuels a augmenté pour les chercheurs et ingénieurs de recherche, mais dans une moindre mesure. Plus de 80 % des chercheurs et ingénieurs de recherche sont titulaires.

La hausse de 6 % du nombre d’enseignants chercheurs s’explique en partie par le départ d’enseignants chercheurs non rattachés à des laboratoires (et donc non comptabilisés dans la première édition) et qui ont été remplacés par des enseignants chercheurs, souvent en début de carrière, rattachés à un laboratoire de recherche.

Tableau 1 : Évolution des effectifs de recherche
Indicateurs en personnes physiques novembre 2006 janvier 2012 Évolution (%)
Nombre d’enseignants chercheurs 2 604 2 766 6 %
Dont % contractuels 1,5 % 2,7 %  
Nombre de chercheurs et ingénieurs de recherche 654 863 32 %
Dont % contractuels 11 % 16 %  
Nombre d’ingénieurs d’études 176 305 73 %
Dont % contractuels 18 % 40 %  
Nombre de post-doctorants 235 249 6 %
Nombre de doctorants 1 978 2 341 18 %
Effectif total 5 647
6 524 16 %
Source : Observatoire de la recherche 2012

90 millions d'euros de budgets cumulés (hors rémunération du personnel statutaire)

Les budgets des laboratoires comprennent toutes les ressources financières perçues pour le fonctionnement, les équipements et les salaires des contractuels. Elles n’intègrent pas les rémunérations des personnels statutaires, les financements pour les projets immobiliers, ni les allocations directement versées aux doctorants et post-doctorants.

61 % des fonds obtenus sur contrats publics ou privés

Le cumul des budgets des laboratoires des Pays de la Loire est estimé à 90 M€ par an. L’analyse du budget distingue d’une part l’origine des fonds (établissement/ministère, organismes publics, instituts sans but lucratif (ISBL) et entreprises) et d’autre part, le type de financement obtenu (dotations, subventions ou contrats).

Les ressources d’origines publiques, autres que la dotation récurrente, représentent 47 % du budget cumulé. Celles provenant des instituts sans but lucratif et des entreprises représentent respectivement 5 % et 17 %.

Tableau 2 : Répartition des postes budgétaires suivant l'origine des fonds
 Postes budgétaires Moyenne annuelle (2008-2010, en K€) Part en (%)
 Dotations (établissement et/ou ministère) 27 790 31 %
 Subventions et contrats publics
41 773 47 %
Apports territoriaux CPER (État, Région, collectivités locales) 7 395 18 %
Agglomérations, départements 2 056 5 %
Subvention de la Région 8 710 21 %
Autres contrats publics (ville, SEM…) 5 245 13 %
 Contrats ANR 12 031 29 %
 Contrats européens 5 260 13 %
 Contrats internationaux (hors Europe) 1 076 3 %
 Contrats ISBL 4 763 5 %
 Contrats entreprises 14 754 17 %
 Ensemble 89 080 100 %
 Source : Observatoire de la Recherche 2012. Hors immobilier, chaires, financement de thèses

Le découpage entre les trois types de financement possibles (dotation, subventions et contrats) indique que 61 % des ressources cumulées des laboratoires proviennent des contrats obtenus sur appels d’offre ou négociés.

Tableau 3 : Répartition des postes budgétaires suivant le type de financement
Postes budgétaires Moyenne annuelle (2008-2010, en K€) Part en (%)
Dotations (établissement et/ou ministère) 27 790 31 %
Subventions CPER (État, Région, collectivités locales) 7 395 8 %
Contrats (publics, ISBL, entreprises) 53 895 61 %
Ensemble 89 080 100 %
Source : Observatoire de la Recherche 2012. Hors immobilier, financement de thèses et de chaires.

Évolution des budgets : une baisse des dotations récurrentes compensée par l’apparition des financements ANR et la hausse des contrats privés

 

L’ensemble des budgets alloués aux laboratoires a augmenté de 26 % entre les deux éditions. Cette hausse masque des évolutions contrastées suivant les postes. Les dotations récurrentes ont diminué de 26 % (- 10 000 K€) alors que les contrats publics et privés ont augmenté respectivement de 86 % et 60 %.

Quelques hypothèses peuvent être avancées :

  • La baisse des dotations de l’État et la disparition des contrats ministériels est partiellement compensée par les projets ANR. La recherche devient relativement plus financée sur des projets (réponse à des appels d’offres…) que par des dotations forfaitaires. Cette évolution conduit à une part plus importante du personnel contractuel dans l’effectif du personnel de la recherche.
  • La hausse de 60 % des contrats avec les entreprises est favorisée par la participation des établissements d’enseignement supérieur et de recherche aux projets portés par les 8 pôles de compétitivité implantés en Pays de la Loire.

Les crédits de la Région attribués aux laboratoires ont été multipliés par trois entre les deux périodes analysées (2004-2006 / 2008-2010).

 

Tableau 4 : Évolution des budgets entre les deux éditions de l'Observatoire de la recherche
Postes budgétaires Moyenne annuelle 2004-2006 (en k€) Moyenne annuelle 2008-2010 (en k€) Écarts entre les deux éditions (en K€)
 Dotations (établissement et/ou ministère) 37 367 27 790 - 9 577
 Subventions et contrats publics 22 455 41 773 19 318
Apports territoriaux CPER (État, Région, collectivités locales)
4 171 7 395 3 224
Agglomérations, départements 1 117 2 056 939
Région 2 560 8 710 6 150
Autres contrats publics (ville, SEM...) 1 741 5 245 3 504
 Contrats ANR / 12 031 ND
 Contrats ministériels* 7 289 / ND
 Contrats européens 5 127 5 260 133
 Contrats internationaux (hors Europe) 477 1 076 599
 Contrats ISBL 1 403 4 763 3 360
 Contrats entreprises 9 207 14 754 5 547
 Ensemble 70 432 89 080 18 648
  Source : Observatoire de la recherche 2012
 *information non demandée pour la seconde édition.

 

 

Précédent Suivant
<< Observatoire de la recherche
Activité des laboratoires >>