Vous êtes ici : Accueil > Économie > Économie de fonctionnalité > Dans les Pays de la Loire

Votre barre d'outils Augmenter la taille de la police (grande).Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Dans les Pays de la Loire

Des loueurs innovants

Europcar-Atlantique couvre six départements : Loire-Atlantique, Vendée et les quatre départements de Poitou-Charentes. L’entreprise compte 230 salariés et réalise 18 000 locations par mois pour un CA de 42 M€. L’atelier de carrosserie compte 25 personnes et répare 700 voitures par mois, c’est l’un des plus gros ateliers de carrosserie de la région des Pays de la Loire.

La location classique ne répondait pas encore suffisamment à l’objectif de Nantes Métropole de modifier profondément les modes de déplacements en ville. Il fallait pour cela pouvoir mettre à disposition une voiture pour des durée de quelques heures, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. C’est ce qu’Europcar-Atlantique a proposé avec l’auto-partage Marguerite à Nantes. Il y a aujourd’hui 25 véhicules pour 650 abonnés.

Pour un chiffre d'affaires de 42 M€ le montant des immobilisations est de 103 M€ : c’est une activité gourmande en capitaux. Les fonds propres couvrent un tiers de ces immobilisations et la dette bancaire 40 %. La flotte de véhicules est renouvelée deux fois par an ce qui représente un achat de 6 500 voitures par an.

Manitou est une entreprise de fabrication de matériel de manutention, implantée à Ancenis (44) et présente dans le monde entier. Son chiffre d’affaire a dépassé 1,1 milliard d’euros en 2011, dont 365 M€ en France. La location fait partie de ses options stratégiques pour l’avenir.

Manitou vend 80 % de sa production aux concessionnaires et 20 % aux grands comptes d’une part (sociétés privées et organisations publiques), aux loueurs professionnels d’autre part. Les concessionnaires eux-mêmes développent la location, par des sociétés spécifiques spécialisées ou en appui de la société de financement Manitou finances. En effet les sociétés du BTP passent de l’achat à la location pour s’adapter aux cycles économiques plus courts et parce que l’accès au financement devient plus difficile.

Manitou a choisi de ne pas louer directement mais de mettre en place des instruments d’aide au financement de la location. Manitou a ainsi créé Manitou finances, joint-venture avec BNP Paribas leasing, et la SAT Finance. Manitou finances France a réalisé 55,9 M€ de prêts en 2011, en progression de 13 % par rapport à 2010. Ce montant de prêts représente environ 20 % du chiffre d’affaires ventes en France (hors pièces détachées), ce qui représente donc une estimation de la partie location assurée actuellement via cet outil financier.

Manitou a développé de manière volontaire depuis trois ans la location en agriculture en particulier auprès des CUMA et des céréaliers.

Pour l’industrie Manitou a créé la CFM (Compagnie française de manutention) qui est actionnaire d’une société SAT Finances, co-entreprise avec un établissement bancaire. Celle-ci achète le matériel à Manitou et le loue à l’industriel avec une facturation à l’heure d’utilisation. Ce type de contrat fonctionne avec des grandes entreprises comme PSA Peugeot Citroën, France-Boissons…

Alfa safety

Depuis de nombreuses années des entreprises ont externalisé une partie de leurs services informatiques, le stockage de données et les serveurs internet en particulier. Dans le cas de l’externalisation simple, elles achètent du matériel à un hébergeur spécialisé, qui l’installe et leur garantit la maintenance, le réseau, les sauvegardes. Nous illustrons cette activité à partir de l’exemple d’alfa safety, entreprise nantaise.

La demande aujourd’hui est, tout en bénéficiant de ces premiers services, de pouvoir louer pour une période variable, avec un usage variable, sans engagement de durée, par exemple pour un serveur test lors de la préparation d’un nouveau site ou pour le lancement d’un site évènementiel temporaire... L’usage est alors déconnecté de la propriété du matériel.

 

 

L’arrivée des serveurs virtuels a permis de facturer en fonction de la puissance et de la mémoire demandée. On passe de l’externalisation simple à une externalisation avec un mode de location flexible, où l’on peut louer un serveur pour une durée d’un mois à 36 mois, pour une puissance et un volume mémoire qui peuvent varier en permanence. C’est ce que l’on appelle le cloud computing. Actuellement alfa safety réalise 55 % de son chiffre d'affaires en location de serveurs virtuels. La location se fait en fonction de la puissance du processeur (mesurée en Giga Hertz), de la mémoire vive et de la mémoire de stockage.

Avant la virtualisation, les contrats engageaient les clients pour une durée souvent de trois ans, égale à la durée d’amortissement du matériel. Désormais, avec les licences de virtualisation, l’hébergeur paie à la consommation, le client aussi. Alfa safety applique la logique de location à ses propres moyens. Elle loue ses licences de virtualisation.

Pendant des années les hébergeurs de sites internet ont vendu des serveurs dédiés à leurs clients, dont les capacités étaient largement supérieures aux besoins. Le passage aux serveurs virtuels permet d’utiliser un processeur en mode partagé. Alfa safety a fait 60 % d’économies d’électricité en passant aux serveurs virtuels en 2008.

Dans le domaine des loisirs

Dans le domaine des loisirs, les 52 clubs de voile adhérents à la FFV disposent d’une flotte totale de plus de 4 000 engins nautiques, support d’une activité économique représentant un chiffre d'affaires de 10 M€, employant 350 ETP. Les clubs et loueurs de canoë kayak disposent de leur côté de 2 500 embarcations.

Les Coopératives d'Utilisation de Matériel Agricole (CUMA) regroupent des agriculteurs qui investissent ensemble dans du matériel et s'organisent pour utiliser ces équipements sur leur exploitation. La CUMA peut également embaucher du personnel pour entretenir ou conduire ce matériel. Un agriculteur sur deux est en CUMA. En 2011 les 1 236 CUMA en Pays de la Loire rassemblent 23 200 exploitations, emploient 447 salariés avec un chiffre d’affaires de 98 M€ et ont investi 57 M€ en matériel.

L’implication des collectivités locales

Les vélos en ville

Le vélo est devenu un vecteur privilégié du développement de l’économie de fonctionnalité en milieu urbain. Il cumule en effet l’avantage de faciliter la vie quotidienne sur un mode très « développement durable » et à moindre coût (par rapport aux transports collectifs). Il n’est en revanche développé que dans les principales villes.

Nantes propose trois services complémentaires : Bicloo, Ville à Vélo et Vélocampus, soit au total 1 580 vélos. Angers dispose de VéloCité. Laval met 100 vélos en libre-service 24 heures sur 24. Le Mans met des vélos en location à la Gare SNCF, La Roche-sur-Yon Place Napoléon.

La culture et l’éducation sont depuis longtemps des services développés par les collectivités. Les 2/3 de la population des Pays de la Loire, soit près de 2 millions d'habitants dans 149 communes disposent de bibliothèques municipales. Parmi cette population, 15 % sont des utilisateurs qui ont emprunté plus de 9 millions de livres, 1,4 million de disques, 700 000 vidéos... sans compter les jeux et jouets dans les ludothèques. Le patrimoine public est important : 4,8 millions de livres, 30 000 CD. Il s'enrichit chaque année, les dépenses d'acquisition ont été de 6,6 millions d'euros en 2008.

Les réseaux sociaux

La voiture semble être le vecteur pionnier des réseaux sociaux de la fonctionnalité … mais lentement. Le site CityzenCar propose à chacun de mettre sa voiture à disposition pour une location à d’autres particuliers. En juin 2012, il y avait ainsi plus de 20 voitures à Nantes, 4 à Angers, 4 au Mans, 4 à La Roche-sur-Yon, 1 à Saint-Nazaire.

On pourrait envisager un développement de ces services par des sites de partage de matériel de proximité pour le bricolage (il y a quelques commerces de location d’outils, mais peu nombreux) ou le gros matériel électroménager (des machines à laver collectives par immeuble par exemple).

Le développement de la location

La location se développe aussi en dehors du modèle de la fonctionnalité, pour des raisons principalement financières. Ce développement contribue à mettre en évidence les mécanismes financiers différents de ce modèle, c’est pourquoi nous décrivons ci-après trois activités de location professionnelle.

La société Yves Cougnaud, implantée près de La Roche-sur-Yon, est le leader français de la construction modulaire pour les entreprises. En plus de son activité première, la société a développé un secteur de la location de bâtiments qui représente un chiffre d’affaires de 70 M€ en 2011. Yves Cougnaud location est une filiale de la société Yves Cougnaud, elle dispose d’un parc de 40 000 modules en location, ce qui représente 20 % à 25 % du marché national et elle réalise un chiffre d’affaires de 82 M€ (au 30 juin 2012). Le marché régional est d’environ 10 000 unités modulaires.

La demande est croissante dans le secteur public pour des besoins de courte durée, dans l’éducation, les collectivités locales, les entreprises… Les produits sont régulièrement adaptés aux évolutions et les modules peuvent être désormais intégrés dans des ensembles « architecturés » qui se substituent à des constructions classiques. Les clients peuvent également choisir des modules certifiés basse consommation (BBC).

 

Yves Cougnaud location a un taux de fonds propres de 46 % par rapport au total du bilan (2011). Le montant de capitaux propres est de 35 M€, supérieur aux immobilisations nettes.

Terre de liens : un bailleur militant et économiquement viable

Un agriculteur qui souhaite s’installer, hors transmission d’exploitation familiale, a souvent beaucoup de difficultés pour louer des terres.

Le plus sûr serait de pouvoir acheter des terres, mais c’est coûteux. Terre de liens  a développé un outil de finance solidaire, la Foncière, qui achète des terres et les loue à un agriculteur bio, avec engagement de ne jamais revendre la terre.

L’association Terre de Liens Pays de la Loire, a été créée le 13 mars 2010 pour mobiliser les citoyens sur la problématique foncière à l'échelle régionale et pour accompagner sur le volet foncier les porteurs de projets à l'installation ou au maintien sur des parcelles en agriculture biologique. Au 1er semestre 2012 l’association régionale a permis l'acquisition de huit fermes pour un total de 147 ha, avec 12 emplois créés et 5 maintenus. Dix projets d’installation sont en cours d’instruction.

 

Neopost est une société française, n°2 mondial des machines à affranchir, qui possède deux pôles d'activité, la mise sous pli avec des machines fabriquées en Angleterre et en Hollande, et l'affranchissement dont les machines sont fabriquées dans l’usine du Lude (Sarthe). Cette usine, qui compte une centaine de salariés, fabrique 55 000 machines à affranchir chaque année, exportées dans le monde entier. Neopost développe également sur le site sarthois une activité de production de pièces détachées pour ses clients et ses techniciens de maintenance.

Précédent
 Suivant
<< Au niveau national Une stratégie d'entreprise >>